Home

Argenteuil

Organisateurs :

CCAS d'Argenteuil - Corinne Boulahia

Responsable de la programmation cinéma - Guillaume Louradour

 

Association Université inter âges du nord parisien

Emmanuel Garcia, coordinateur pédagogique

 

Les cours ont lieu à la mairie d'Argenteuil,

dans l'amphithéâtre du conseil municipal,

le mardi ou le vendredi de 14 h à 16 h.

 

Renseignements et inscriptions :

CCAS, hôtel de ville d'Argenteuil, 12-14 bd Léon Feix

Tel : 01 34 23 41 77

Programme de l'UIA en 2018 - 2019

 

 

Vendredi 28 septembre 2018 à 14 h

 

Cours inaugural, donné aux FIGUIERS BLANCS

 

1918 : gagner la guerre ... perdre la paix

 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

 

2018 : le monde tremble sur ses bases, car l'ordre international installé en 1945 achève de se disloquer sous nos yeux. Rarement l'avenir a été aussi incertain.

 

Excellente occasion de revenir sur 1918 (un siècle déjà !) cet autre moment où il fallait reconstruire un monde nouveau après un grand cataclysme. Nous savons que les hommes de 1918 ont échoué, puisque vingt ans plus tard l'Europe et le monde sombraient de nouveau dans la catastrophe.

 

Puissions-nous en tirer les leçons !

 

__________________________________________________________________________________________________________________

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 12 octobre 2018 à 14 h

 

La guerre

 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

 

Ce cours nous servira de préambule aux cours de Robert Wainer sur Le cinéma  et la guerre à travers l’œuvre de Jean Renoir (novembre 2018). 

La guerre est aussi vieille que l’humanité. De chaque guerre on peut chercher les causes, dénoncer ceux, hommes, mentalités ou structures sociales, qui en sont responsables. Mais le fait est là : les siècles passent, la société change, mais toujours la guerre est présente dans les rapports entre les états  et les peuples. 

Pourquoi la guerre est-elle aussi indispensable aux hommes ? Nous ne prétendrons pas apporter LA réponse à une telle question, mais seulement ouvrir quelques pistes de réflexion.

_________________________________________________________________________________________

 

Mardi 9 octobre 2018 à 14 h

 

George Orwell (1903-1950)

ou la défense de la liberté

 

Olivier Macaux, professeur de lettres


George Orwell a connu la célébrité grâce à deux fictions publiées à la fin de sa vie (La ferme des animaux en 1945 et 1984 en 1949), dans lesquels il a pu établir une critique sociale et politique très rigoureuse, qui dénonce, avec beaucoup de pertinence, le règne des totalitarismes. Nous évoquerons sa jeunesse birmane, son existence de vagabond et de journaliste à Paris et à Londres, son engagement dans la guerre civile espagnole et ses premières tentatives littéraires qui témoignent d’une volonté inlassable de défendre les libertés individuelles contre toutes les formes d’oppression apparues au cours du XXe siècle.

 

______________________________________________________________________________________________
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 19 octobre 2018 à 14 h

 

L'Amérique de Trump à mi-parcours

 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

 

Vainqueur en novembre 2016, Donald Trump affronte en novembre 2018 sa première échéance électorale : les « élections de mi-parcours ». Les Européens sont comme sidérés devant ce président imprévisible qui bouscule tous les codes. Mais qu’en pensent les Américains ? Et comment ont-ils pu porter un tel homme à la tête de la première puissance du monde ?

 

_________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardis 6 novembre et 13 novembre 2018 à 14 h

 

Vienne 1900-1914
 

Olivier Macaux, professeur de lettres

 

Avant la disparition de l’Empire austro-hongrois en 1918, Vienne a été une capitale européenne de la culture, au même titre que Paris ou Londres. Nous évoquerons l’extraordinaire foisonnement artistique et littéraire de cette périodeà travers le témoignage de poètes (Hofmannsthal, Rilke, Trakl) et de romanciers (Zweig, Schnitzler, Herman Broch, Robert Musil...).

 

___________________________________________________________________________________________
 

Vendredis 30 novembre et 7 décembre 2018 à 14 h

 

L'athéisme comme question philosophique.

Nadine Wainer, professeur de philosophie

On peut envisager l’athéisme de plusieurs façons. C’est d’abord, tout simplement, l’absence de croyance en dieu(x). Mais cela peut être aussi une attitude militante contre les principes religieux et les conséquences qui leurs sont souvent reprochés  dans l’Histoire : préjugés, fanatisme, soumission aveugle à l’autorité, voire racisme. C’est enfin une attitude philosophique qui refuse l’idée d’une séparation entre le monde d’«en haut » et le monde d’«en bas »

Comment dès lors, envisager des principes moraux et des principes politiques fondés sur l’athéisme ?

Pensons à tous ces « hommes de bonne volonté » qui, loin de l’immoralité dont on les a souvent accusés, à cause de leur athéisme, se consacrent d’autant plus passionnément aux hommes d’ici-bas, qu’ils sont dépourvus de la crainte ou de l’espoir d’un au-delà.

______________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 9 novembre 2018 à 14 h

 

Les élections américaines du 6 novembre 2018
 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

Tous les deux ans, le premier mardi de novembre, les Américains élisent leurs représentants, un tiers de leurs sénateurs, et une fois sur deux le président des Etats-Unis. Ces élections de 2018 seront pour Donald Trump le premier test, après deux ans de présidence. Les chiffres et les cartes seront, nous n’en doutons pas, riches d’enseignement sur le rapport de l’Amérique avec ce leader hors normes.
 

___________________________________________________________________________________________
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Novembre - décembre 2018

Renoir : d’une guerre à l’autre,

la grande désillusion.
 

Robert Wainer, professeur de lettres

 

La Grande llusion (1937), comme Le Caporal épinglé (1962) racontent l'histoire de prisonniers de guerre qui s'évadent. Dans le premier, c'est au cours de la Première Guerre mondiale, dans le deuxième, c'est au cours de la Seconde. Enfin, La Règle du Jeu sorti en pleine "drôle de guerre" (1939) paraît à mille lieux des deux premiers: c'est la peinture tantôt tendre, tantôt féroce d'un milieu aristocratique oisif et décadent, dont les protagonistes sont réunis pour une partie de chasse qui tourne mal. C'est pourtant le seul des trois que Renoir qualifie de "film de guerre"! A l'inverse, il affirme que le véritable sujet de La Grande illusion,"c'est la question des relations humaines". Au fond, c'est la seule qui intéresse vraiment Renoir, et le problème n'est pas pour lui de nous documenter sur la guerre, d'en montrer les causes politiques ou les conséquences, mais de comprendre en quoi elles révèlent ou modifient "les relations humaines". Il place ses personnages tantôt se démenant dans la fournaise de la guerre, tantôt "dansant sur un volcan" (La règle du jeu), et il les observe sans les juger. Ils finissent toujours par se poser la question: "au fond, que valons-nous?". Et c'est aussi la question que nous nous posons sur nous-même à la fin de ces films. Se plonger dans les films de Renoir, c'est prendre une grande leçon d'humanité.


 

 

___________________________________________________________________________________________
 

 

 

La Grande Illusion (1937)

 

Projection salle Jean Gabin : mardi 13 novembre à 16 h 30

 

Analyse du film (Robert Wainer) : vendredi 16 novembre à 14 h (amphithéâtre du conseil municipal) 

 

__________________________________________________________________________________________
 

 

 

La Règle du Jeu (1939)

 

Projection salle Jean Gabin : vendredi 16 novembre à 16 h 30

 

Analyse du film (Robert Wainer) : mardi 27 novembre à 14 h (amphithéâtre du conseil municipal) 

 

 

________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

Le Caporal épinglé (1962)

 

Projection salle Jean Gabin : mardi 27 novembre à 16 h 30

 

Analyse du film (Robert Wainer) : mardi 4 décembre à 14 h (amphithéâtre du conseil municipal)

 

________________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardi 18 décembre 2018 à 14 h


« Comment l’intention et l’attention modifient le cerveau ? »

 

Catherine Verney, chercheuse à l'INSERM


L’extension de notre cortex cérébral nous permet de développer nos capacités cognitives comme l’intelligence, le langage et l’ensemble de notre rapport au monde spécifique à l’humain. Grace à la plasticité des connexions/synapses cérébrales, nous avons la capacité de modifier ce rapport au monde par la gestion de nos sensations (voies d’entrées du cerveau) et la fonction motrice (voie de sortie du cerveau) en s’appuyant sur notre attention et notre intention. Comment percevons-nous notre environnement? Comment l’attention et l’intention peuvent modifier notre rapport au monde ?

 

______________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardis 8 et 15 janvier 2019 à 14 h

 

Le christianisme des origines

 

Marie-Agnès Bennett, professeur de lettres classiques
 

Comment cette religion qui n’apparaissait au début que comme une secte juive s’est-elle imposée au monde romain jusqu’à devenir, malgré les vagues de persécutions, la religion officielle des empereurs et même des barbares ? De quel message nouveau était-elle porteuse auprès des hommes de ce temps ? Nous verrons comment l’introduction du christianisme fut préparée par l’expansion des cultes à mystères orientaux au sein de l’Empire et comment la gnose tenta de proposer un syncrétisme entre la philosophie grecque et les dogmes chrétiens. Si l’existence historique de Jésus de Nazareth est attestée par les historiens, pourquoi sa doctrine a-t-elle fait très tôt l’objet d’hérésies au point qu’il fallut réunir des conciles auxquels les Catholiques actuels se réfèrent encore aujourd’hui ? C’est à ces questions que nous tenterons de répondre au cours de ces conférences.
 

______________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 14 décembre 2018 à 14 h


Philosophie - Suis-je ce que mon passé a fait de moi ?

Brigitte Rovère, professeur de philosophie


Si je suis ce que mon passé a fait de moi, autant dire que mon existence est déjà écrite, qu’elle ne m’appartient pas, et que ma liberté est nulle. Dans ces conditions, pourquoi devrais-je continuer à vivre?
Mais si je ne suis pas ce que mon passé a fait de moi, comment penser mon histoire et mon identité ? Ne me suis-je pas construit en intégrant ce passé que j’ai vécu ?
Où l’on voit que le passé est à la fois ce qui m’empêche de devenir ce que je choisis d’être, et ce qui m’a permis de me façonner et de progresser.
Tout le problème sera alors de chercher à sortir de la contradiction : Comment se libérer du passé, sans le nier ? Et l’on verra que c’est en faisant de ce passé une histoire, histoire par laquelle le passé sera pensé non pas comme poids mais comme levier, que l’on pourra parvenir à le mettre, tant individuellement que collectivement, au service de l’avenir.
 

______________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

Vendredi 11 janvier à 16 h 30

Salle Jean Gabin

Projection de La Religieuse

Jacques Rivette - 1967

Vendredi 18 janvier à 16 h 30

Salle Jean Gabin

Projection de Manon

Clouzot - 1949

Mardi 8 janvier à 16 h 30

Salle Jean Gabin

Projection de L'Evangile selon Saint Matthieu

Pasolini 1965

Vendredis 11, 18 et 25 janvier 2019 à 14 h

 

Le roman français au XVIIIe siècle

 

Olivier Macaux, professeur de lettres


C’est au XVIIIe siècle que le roman moderne a fait son apparition et que les écrivains français, soucieux de rompre avec la tradition du roman de chevalerie ou du roman pastoral, ont exploré de nouveaux horizons. Pour répondre aux défis de la révolution industrielle, sociale et politique qui était en cours, ils ont proposé une autre vision du monde en accord avec un siècle où triomphaient simultanément la philosophie des Lumières et la sensibilité romantique. Dès lors, les écrivains ont été tentés de décrire la réalité au détriment d’une peinture idéalisée du monde. Nous aborderons ces changements en compagnie de quelques grands noms de ce siècle : de Montesquieu à Diderot et de Rousseau à Sade.


 

______________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardi 22 janvier 2019

Géopolitique - Les frontières maritimes

Laurent Hassid, professeur de géographie


Les mers et océans constituent près de 70% de la surface du globe. Jusqu'à récemment, ces espaces étaient considérés comme peu stratégiques, les Etats préférant s'approprier les continents et surtout les littoraux. Depuis la chute du communisme et l'ouverture de la Chine, les échanges commerciaux ont explosé (90% du comemerce mondial transite par les mers et les océans). Au cours de la seconde moitié du XXème siècle, les délimitations maritimes sont devenues un enjeu majeur des relations internationales. En dépit de l'organisation de la conférence de Montego Bay en 1982 visant à codifier le tracé des frontières maritimes, la majorité des conflits frontaliers a lieu désormais sur les mers et les océans.

__________________________________________________________________________
 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 1° février 2019 à 14 h

Bob Dylan et moi

Jean-Jacques Astruc, auteur - compositeur - éditeur de musique

Jean-Jacques Astruc, musicien, présentera en textes et en musique Bob Dylan, l’un des plus étonnants génies de notre temps, poète, prophète, imposteur, hors la loi, comédien, martyr … et finalement prix Nobel de littérature.

_____________________________

A 16 h 30 salle Jean Gabin, projection du film

I'm not there (Todd Haynes, 2007)

__________________________________________________________________________________

Mardis 12 et 19 mars 2019 à 14 h

Le Musicien et le Pouvoir :

de Lully à Chostakovitch, la difficile liberté

Eric Bennett, professeur de lettres classiques

Jusqu’au XVIII° siècle les musiciens sont les serviteurs zélés de leurs maîtres. Mais vient le temps des Révolutions, lors même que Kant formule, en 1791, sa théorie du génie et affirme que l’art est le produit de la liberté ; Mozart remercié à coups de pied au derrière est vengé par Beethoven s’exclamant : « Il n’y a qu’un Beethoven ». Le musicien romantique se veut autonome, militant lorsqu’il s’appelle Verdi . Le mécénat de Louis II de Bavière à l’endroit de Wagner nous fait assister à une inversion du rapport de forces. Enfin, par un retour des choses, le XXe siècle et ses totalitarismes ne laissent souvent aux compositeurs et aux interprètes d’autre choix que l’exil ou la servilité ; quant à résister, un Chostakovitch, en Union soviétique, le paiera au prix fort

____________________________________________________________________________
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 22 mars à 16 h30

Salle Jean Gabin

Projection du film

Point Limite

Sydney Lumet, 1964

Vendredis 15 et 22 mars 2019 à 14 h

Géopolitique de la guerre froide

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

 

Après 1945, l’équilibre du monde  a dépendu pendant près d’un demi siècle de la confrontation  entre deux géants, les Etats-Unis et l’Union soviétique. Entre les deux, toutes les formes d’affrontement ont été pratiquées : militaire, politique, diplomatique, culturelle, sportive … Toutes les formes, sauf une : l’affrontement militaire direct entre les deux superpuissances.

Comment était organisé ce « monde bipolaire », et quel héritage laisse-t-il en disparaissant à la fin des années 1980 ?

__________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 29 mars 2019 à 14 h

Primo Levi (1919-1987)

ou l’expérience de l’inhumain

Olivier Macaux, professeur de lettres


Avec Si c’est un homme (1947), Primo Levi a offert l’un des témoignages les plus saisissants sur l’univers concentrationnaire. Issu de la bourgeoisie juive italienne, chimiste de formation, Primo Levi a été déporté à Auschwitz en février 1944 et a fait partie de la minorité des rescapés. Refusant d’oublier et faisant appel à la raison, Primo Levi n’aura eu de cesse d’analyser, tout au long de son œuvre autobiographique et romanesque, ce dont il a été le témoin : l’extermination de l’être humain et propose ainsi une réflexion en profondeur sur l’expérience du Mal.

 

__________________________________________________________

 

 

 

Mardi 2 avril à 16 h 30, salle Jean Gabin

Projection du film

Lawrence d'Arabie

David Lean - 1962

 

Ce sera l'occasion exceptionnelle de revoir sur grand écran ce classique du cinéma

 

Mardi 2 avril 2019 à 14 h

Thomas Edward Lawrence :
Lawrence d’Arabie entre l’histoire et la légende

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire
 

Thomas Edward Lawrence est tout d’abord un acteur réel de l’histoire : un émissaire que les Anglais ont envoyé en 1916 auprès de l’émir Fayçal, récolté contre les Turcs. Mais il est devenu un personnage de légende sous le nom de Lawrence d’Arabie, racontant lui-même son aventure dans « Les Sept Piliers de la Sagesse ». Puis le cinéma s’est emparé de lui, David Lean confiant en 1962 à Peter O’Toole le soin d’incarner Lawrence.
Quel rapport entre ces trois personnages, l’émissaire anglais, l’écrivain, le héros de cinéma ?


__________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 24 mai 2019 à 14 h

La crise de la représentativité politique
 

Brigitte Rovère, professeur de philosophie


Etant donné les records des taux d’abstention aux dernières élections, il est légitime de s’interroger : D’où vient le problème ? Et à qui la faute ?
Faut-il la chercher du côté du personnel politique : insuffisamment honnête ?Insuffisamment fiable ?Insuffisamment courageux ? Ou du côté de l’électorat : trop exigeant ?Trop fluctuant ?Trop individualiste ?...
Des deux côtés, sans doute.
Alors, que faire ?
Inventer et mettre en œuvre une démocratie d’un nouveau genre ? Si oui, laquelle ? Et comment y parvenir sans transformer radicalement notre rapport à la politique?
Nous commencerons par chercher les motifs qui peuvent expliquer la crise de la représentativité, pour ensuite tenter de faire le bilan des nouvelles formes de démocratie tentées, ici et là, au cours de ces dernières années.

__________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 10 mai 2019 à 14 h

Copenhague
 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

Le Danemark nous apparait comme un petit pays, original et sympathique, mais un peu perdu dans un coin de l’Europe. Il a pourtant joué un rôle majeur dans l’histoire de ce continent. L’épopée des Vikings lui doit beaucoup. Et le Danemark fut, du XVI° au XVIII° siècle, une puissance majeure en Europe, avant d’être victime au XIX° siècle de l’unification de l’Allemagne.

Nous nous attacherons à présenter les marques de ce glorieux passé dans le paysage de sa capitale, Copenhague.

__________________________________________________________

 

 

 

 

 

Vendredi 5 avril 2019 à 14 h

La tectonique des plaques

Cécile Bézy, professeur de sciences
 

Formation des chaines de montagnes par de lents et gigantesques plissements, tremblement de terre, volcanisme … Les grands phénomènes géologiques qui affectent notre planète s’expliquent par le mouvement des plaques qui composent l’écorce terrestre. C’est ce que l’on appelle la tectonique des plaques. Nous ferons l’historique des conceptions des hommes sue cette question, jusqu’à l’établissement scientifique de la théorie de la tectonique.

__________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

François Truffaut - 1962

Mardi 28 mai à 16 h 30

Max Ophuls - 1953

Vendredi 17 mai à 16 h 30

Jean-Pierre Melville - 1961

Mardi 14 mai à 16 h 30

Projections salle Jean Gabin à 16 h 30

Mardi 14 mai, vendredi 17 mai, mardi 28 mai 2019 à 14 h

Le roman français de 1945 à 1960

Olivier Macaux, professeur d'histoire


A partir de 1945, le roman français connaît un grand foisonnement et tente de répondre à l’expérience traumatisante de la guerre et au défi de la modernité. Si Sartre, Camus et Beauvoir occupent le devant de la scène littéraire et philosophique en proposant de nouvelles formes d’humanisme, nous évoquerons surtout les écrivains qui ont su révolutionner le genre romanesque : qu’il s’agisse de romanciers confirmés comme Céline et Giono, d’une nouvelle génération d’écrivains rangés sous la bannière du « nouveau roman » (Beckett, Duras, Sarraute, Robbe-Grillet…) ou d’auteurs inclassables (Genet, Gracq ou Gary). Ces écrivains venus d’horizons très divers ont ainsi en commun de délaisser le roman traditionnel et d’offrir des œuvres essentielles qui s’interrogent sur le sens de l’existence et les rapports de l’homme et de l’histoire.


___________________________________________________

 

 

Mardi 4 juin 2019 à 14 h

Pôle nord : vers une catastrophe annoncée ?

Patricia Labarde, géographe

 

Une famille  d’ours polaires perdue sur  une banquise à la dérive : l’image est connue … Menacé à la fois par le réchauffement climatique et par la ruée vers ses ressources naturelles, alimentant de façon dramatique la montée du niveau des océans, le pôle nord constitue pour l’humanité un défi et un enjeu majeurs pour demain. Un « demain » qui est très proche, en avons-nous suffisamment conscience ?  

__________________________________________________________

Vendredis 7 et 14 juin, mardi 25 juin  2019 à 14 h

Un monde de géants

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

 

Le monde bipolaire a disparu avec le Mur de Berlin. Le monde multipolaire, annoncé depuis des décennies, se met lentement et difficilement en place.

Parmi les acteurs de ce nouveau monde, trois sont à part, au dessus des autres, et eux seuls peuvent être qualifiés de géants : les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Chacun de ces géants a ses caractéristiques propres et sa vision du monde.  Avec quelles perspectives, et riche de quel héritage historique, chacun d’entre eux entre-t-il dans ce monde multipolaire ?

Vendredi 7 juin : les Etats-Unis et le monde

Vendredi 14 juin : la Chine et le monde

Mardi 25 juin : la Russie et le monde

 

______________________________________________________________

 

Mardi 16 octobre 2018 à 14 h

 

Géopolitique de la Slovénie


Laurent Hassid, professeur de géographie



Ancienne république yougoslave et indépendante pour la première fois en 1991, la Slovénie est rentrée dans l'Union européenne en 2004. Elle apparaît comme la "success story" de l'élargissement: une transition démocratique plus aboutie que dans les anciens autres territoires communistes (elle a présidé l'UE dès 2008), une économie de marché plus rapidement intégrée à l'UE (elle est entrée dans la zone euro dès 2007) et un meilleur respect des droits de l'Homme que dans les autres ex-républiques yougoslaves. Pour autant, à l'instar d'autres pays du sud de l'Europe, la Slovénie est touchée par une crise économique. Elle a également vu transiter près d'un demi-million de réfugiés et de migrants en 2015-16. L'intervention s'attachera à dresser un panorama géopolitique de la situation de ce pays méconnu. Elle sera illustrée par des cartes et des photos issus de nombreux séjours de terrain.

 

_______________________________________________________________________________________