Lettre de de Gaulle à Paul Reynaud, le 22 octobre 1939

 

Paul Reynaud est le seul homme politique de quelque importance ayant approuvé dans les années 30 les conceptions militaires de Charles de Gaulle. C'est en lui que de Gaulle place ses espoirs pour un changement d'orientation.

 

« Notre système militaire a été bâti exclusivement en vue de la défensive. Si l’ennemi nous attaque demain, je suis convaincu que nous lui tiendrons tête. Mais s’il n’attaque pas, c’est l’impuissance quasi-totale.
Or, à mon avis, l’ennemi ne nous attaquera pas, de longtemps. Son intérêt est de laisser « cuire dans son jus » notre armée mobilisée et passive, en agissant ailleurs entre-temps. Puis, il nous jugera lassés, désorientés, mécontents de notre propre inertie, il prendra en dernier lieu l’offensive contre nous, avec, dans l’ordre moral et dans l’ordre matériel, de tout autres cartes que celles dont il dispose aujourd’hui.

Bien entendu il se sera auparavant acharné à nous dégoûter des Anglais en évoquant le fait que dix Français sont au front pour un Britannique, et en faisant répéter par ses agents qu'il n'a aucun grief à l'égard de la France. Simultanément, il aura cherché à dégoûter de nous les Anglais en concentrant contre eux son effort de destruction aérien, naval et impérial.

A mon humble avis, il n’y a rien de plus urgent ni de plus nécessaire, que de galvaniser le peuple français au lieu de le bercer d’absurdes illusions de sécurité défensive. Il faut, dans les moindres délais possibles, nous mettre à même de faire une guerre « active » en nous dotant des seuls moyens qui valent pour cela : aviation, chars ultra-puissants organisés en grandes unités cuirassées. Mais, de qui attendre cet immense effort de rénovation ? C’est vous-même, peut-être, qui donnerez une réponse par le fait. »