Les chefs de 1940

En 1940, les chefs étaient nombreux qui pouvaient prétendre jouer un rôle  à la tête de la France. Avant qu'ils ne concourent à cette "Chefs Academy", on leur a attribué une note de notoriété (sur 10) et une note de popularité (sur 10). C'est bien sûr un peu arbitraire, mais nul ne peut nier que Pétain soit le plus connu (notoriété : 10/10) et l'un des plus populaires (popularité : 9/10).

Puis on présente les raisons pour lesquelles ils se trouvent écartés de la direction de la France libre, laissant la place au moins connu d'entre tous : le général de Gaulle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19

Philippe Pétain

Maréchal de France

Né en 1856 (84 ans).

Seul maréchal de France vivant en 1940.

 

Notoriété : 10/10

Prestige : 9/10

__________________

Total :  19/20

 

Disqualifié

Partisan de l’armistice et de la destruction de la République. N’a jamais varié de ligne : la France n’est plus en guerre. Le 6 juin 1944 lors du débarquement, est diffusée à la radio une déclaration de Pétain enregistrée deux mois plus tôt sur ordre des Allemands, et enjoignant les Français à obéir aux ordres de l’armée allemande …

 

17

Général Weygand

Généralissime

Né en 1867 (73 ans)

Bras droit de Foch en 1918.

Chef d’Etat-major de 1930 à 1935.

Puis de nouveau en mai 1940.

 

Notoriété : 9/10

Prestige : 8/10

__________________

Total :  17/20

 

Disqualifié

Partisan résolu de l’armistice, son intervention dans ce sens est décisive.

Ordonne à de Gaulle le 19 juin de rentrer en France.

Ministre dans le gouvernement Pétain, incarne une ligne pro-armistice, pro-révolution nationale, mais anti-collaboration.

Fait du zèle en Algérie sur l’application des lois antijuives.

Arrêté par les Allemands en 1942.

 

16

Paul Reynaud

Né en 1878 (62 ans)

Président du Conseil

Député depuis 1919

 

Notoriété : 9/10

Prestige : 7/10

__________________

Total :  16/20

 

Renonce

Soutien politique des idées militaires de DG depuis 1934, il le fait entrer au gouvernement  comme sous-secrétaire d’état le 18 mai 1940.

Partisan résolu de la poursuite de la guerre, même hors de France, il ne se résout pas à en tirer toutes les conséquences  et à rompre avec les prestigieux partisans de l’armistice, Pétain et Weygand.

Découragé, il démissionne le 16 juin en étant parfaitement conscient de laisser la place à Pétain et à l’armistice.

Passe le relais de la résistance à de Gaulle en ne désapprouvant pas son départ pour Londres et en lui remettant 100.000 francs (environ 40.000 €) des fonds secrets.

Tente de passer en Espagne, mais en est empêché par un accident de voiture.

Arrêté par Vichy, puis par les Allemands, il est hors de combat jusqu’en mai 1945.

 

15

Illustration.

Edouard Herriot

Né en 1872 (68 ans)

Maire de Lyon depuis 1905

Plusieurs fois président du Conseil

Président de la chambre des députés depuis 1936.

 

Notoriété : 9/10

Prestige : 6/10

__________________

Total :  15/20

 

 

Renonce  

Opposé à l’armistice, tente de peser auprès de Lebrun pour un gouvernement favorable à la poursuite de la guerre.

Mais lorsque Pétain est nommé par Lebrun, il cafouille, hésite …

Tout en défendant le départ du Massilia, fait une déclaration de confiance à Pétain, et se contente de s’abstenir lors du vote des pleins pouvoirs.

S’éloigne ensuite de Vichy, est interné en France par Vichy, puis les Allemands … mais se prête encore en juillet 1944 à une tentative de négociation entre Vichy et les Américains. 

 

 

 

 

14

Amiral Darlan

Né en 1881 (59 ans)

Amiral, chef de la flotte française.

 

Notoriété : 7/10

Prestige : 7/10

__________________

Total :  14/20

 

 Renonce          Disqualifié

Plutôt républicain, radical et anticlérical (ce qui est rare dans la marine …), il avait le choix en juin 1940 d’entrainer la marine dans la poursuite de la guerre. Il ne le fait pas parce que l’armistice semble protéger la flotte. Puis son anglophobie (surtout après Mers el Kébir – 6 juillet) le fait basculer du côté de la guerre aux côtés de l’Allemagne. En 1941 il négocie avec Hitler l’accès de la Luftwaffe aux aéroports de Syrie.

L’imbroglio d’Alger en 1942 se termine par son assassinat (jamais éclairci) le 24 décembre 1942. 

 

14

Georges Mandel

Né en 1885 (55 ans)

Collaborateur de Clemenceau

Député de droite depuis 1919. Ministre de 1934 à 1936, puis de 1938 à 1940.

Ministre de l’intérieur en juin 1940

 

Notoriété : 7/10

Prestige : 7/10

__________________

Total :  14/20

 

Empêché

Partisan convaincu de la poursuite de la guerre, il encourage DG à ne pas quitter le gouvernement lorsque la perspective de l’armistice se dessine.

Fait partie du voyage du Massilia, prévu dans le cadre du transfert du gouvernement en AFN à arrêté.

De prison en camp, jusqu’à son assassinat par la milice le 7 juillet 1944.

14

Léon Blum

Né en 1872 (68 ans)

Député socialiste depuis 1919

Dirigeant de la SFIO depuis 1920

Président du Conseil en 1936 – 38.

 

Notoriété : 9/10

Prestige :  5/10

__________________

Total :  14/20

 

 

Renonce     Empêché

Frappé de stupeur par la défaite, il donne son aval à la participation de deux ex-socialistes au premier gouvernement Pétain.

Présent à Vichy en juillet 1940, il est parmi les 80 qui votent contre les pleins pouvoirs à Pétain. Mais il est réduit à l’impuissance et ne prend même pas la parole.

Arrêté par Vichy, puis les Allemands, il est hors de combat jusqu’en mai 1945.

 

13

Albert Lebrun

Né en 1871 (69 ans)

Président de la République depuis 1932, réélu en avril 1939.

 

Notoriété : 10/10

Prestige : 3/10

__________________

Total :  13/20

 

Renonce

Partisan en juin 1940 de la poursuite de la guerre, il se soumet à la volonté de la majorité des ministres et appelle Pétain à la tête du gouvernement le 16 juin 1940 lorsque Reynaud démissionne. Il avait la possibilité de nommer un nouveau gouvernement Reynaud composé uniquement de ministres favorables à la poursuite de la guerre, comme l’y poussaient Jules Jeanneney, président du Sénat, et Edouard Herriot, président de la chambre des députés. Le choix de Pétain est SON choix.

 Le vote des pleins pouvoirs à Pétain le 11 juillet met de fait Lebrun à la retraite. Il refuse de cautionner ce vote et ne démissionne pas,  mais il ne fait ni protestation publique ni acte d’opposition. Interné en Allemagne en 1943, il est rentré en France en 1944 et donne sa bénédiction à DG.

Il meurt d’une pneumonie en 1950 …

Jugement assassin de DG dans les Mémoires de Guerre : « Au fond, comme chef de l'État, deux choses lui avaient manqué : qu'il fût un chef ; qu'il y eût un État.»

 

13

Jules Jeanneney

Né en 1864 (76 ans)

Député ou sénateur depuis 1902, une des plus vieilles figures de la République.

Président du Sénat depuis 1932

 

Notoriété : 7/10

Prestige : 6/10

__________________

Total :  13/20

 

 

Renonce

Opposé à l’armistice, tente de peser auprès de Lebrun pour un gouvernement favorable à la poursuite de la guerre.

Mais lorsque Pétain est nommé par Lebrun, il cafouille, hésite … tente de manœuvrer le 10 juillet à Vichy … et finalement se contente de ne pas prendre part au vote sur les pleins pouvoirs. 

Il n’avait sans doute plus l’âge de prendre la tête d’un coup de force.

Pour la suite de la guerre, Jeanneney est réduit à des protestations impuissantes, mais ne transige jamais avec Vichy.

Ceci lui permet de retrouver un rôle honorifique à la Libération.

 

 

13

Pierre Laval

Né en 1883 (57 ans)

Député depuis 1914.

Ancien président du conseil

 

 

Notoriété : 7/10

Prestige : 6/10

___________________

Total : 13/20

 

Disqualifié

Partisan de l’armistice et de la fin de la République.

Juin 1942 : « je souhaite la victoire de l’Allemagne. »

Fusillé en 1945.

 

 

12

Edouard Daladier

Né en 1884 (56 ans)

De nombreuses fois ministre depuis 1924

Trois fois président du Conseil depuis 1933

 

Notoriété :  9/10

Prestige :  3/10

__________________

Total :  12/20

 

Disqualifié   Empêché

Entravé par ce qu’il symbolise aux yeux de l’opinion : le manque de fermeté face à l’Allemagne (Munich, la « Drôle de Guerre »…).

Son gouvernement a été mis en minorité par les députés en mars 1940, mais il reste ministre de la défense dans le gouvernement Reynaud.

Part sur le Massilia pour poursuivre la lutte.

Arrêté par Vichy, puis par les Allemands, il est hors de combat jusqu’en mai 1945.

9

Général Gamelin

Né en 1872 (68 ans)

Chef d’état-major des armées depuis 1931

 

 

 

Notoriété : 9 /10

Prestige : 0/10

__________________

Total : 9 /20

 

Disqualifié

Limogé le 18 mai par Reynaud, il apparait comme le symbole de la défaite, et dans l’incapacité de prendre quelque initiative que ce soit.

Triste fin de carrière pour l’un des officiers les plus brillants de sa génération.

Interné par Vichy, puis par les Allemands.

 

 

 

 

 

 

8

Maurice Thorez

Né en 1900 (40 ans)

Secrétaire général du PC depuis 1930

 

Notoriété : 7 /10

Prestige :  1/10

__________________

Total :  8/20

 

 

 Disqualifié   Empêché

Piégé par le pacte germano-soviétique, le PCF dénonce la « guerre impérialiste », et ne peut évidemment pas proposer la poursuite de la guerre.

Réfugié à Moscou depuis 1939, Thorez est condamné pour désertion. Plutôt prisonnier qu’invité de Staline, il ne joue aucun rôle pendant la guerre.

8

Charles Corbin

Né en 1881 (59 ans) – Ambassadeur à Londres depuis 1933.

 

Notoriété : 5/10

Prestige : 3/10

__________________

Total :  8/20

 

Renonce.

Soutient en juin la proposition Monnet d’union franco-britannique, dans le but de poursuivre la guerre.

Anéanti par la défaite, il croit la victoire de l’Allemagne définitive.

Il démissionne de son poste le 26 juin et part pour le Brésil. 

Au Brésil il fait allégeance à Pétain.

Rentré en France en 1940, il refuse d’être l’ambassadeur de Vichy à Washington et renonce à toute action publique.

Meurt en 1970.

 

7

Général Noguès

Général d’armée (5 étoiles)

Né en 1876 (64 ans)

Résident général au Maroc

Commandant en chef pour l’Afrique du nord

 

Notoriété : 4 /10

Prestige :  3/10

__________________

Total :  7/20

 

Renonce

Annonce en juin 1940 sa volonté de continuer la guerre en Afrique du nord. Reçoit de nombreux soutiens civils et militaires de toute l’Afrique. Les Anglais veulent prendre contact avec lui.

Mais l’armistice du 22 juin ne touchant pas à l’empire, il décide de rester fidèle au gouvernement de Pétain et rompt tout contact avec les résistants et les Anglais.

Reste fidèle à Vichy, jusqu’aux combats contre les Américains de novembre 1942.

Participe ensuite à l’entreprise Darlan / Giraud, mais se retire en juin 1943.

Condamné à l’indignité nationale à la Libération.

Meurt en 1971.

 

5

Général Catroux

Général d’armée (5 étoiles)

Né en 1877 (63 ans)

Gouverneur général de l’Indochine

 

Notoriété : 3 /10

Prestige : 2 /10

__________________

Total :  5/20

 

Qualifié mais trop tard

Favorable à la poursuite de la guerre, il est destitué par Pétain dès le 25 juin 1940. Lors du voyage de retour, il s’échappe à l’escale de Singapour et rejoint la France libre.

Ne rencontre De Gaulle qu’en octobre 1940 (à Fort Lamy), et lui cède formellement la première place.

Fidèle pendant toute la guerre, il n’hésite pourtant pas à s’opposer à DG en cas de désaccord.

 

4

Henri, comte de Paris

Né en 1908 (32 ans)

Héritier du trône de France

 

 

Notoriété : 3/10

Prestige : 1/10

__________________

Total :  4/20

 

 

Disqualifié

Frappé par la loi d’exil, il ne peut servir dans l’armée française, et s’engage dans la légion étrangère en 1939. Mais en 1940 il choisit … le soutien à Pétain.

Par la suite, désapprouvant la collaboration, il tentera un complot à Alger au milieu de l’imbroglio de 1942. La compétition entre la république et la monarchie étant, en gros, terminée depuis les années 1880, il aurait fallu au comte de Paris un coup d’éclat pour jouer un rôle. C’était hors de sa portée.

 

 

2

Général de Gaulle

Général de brigade à titre provisoire (2 étoiles).

Sous secrétaire d’état dans le gvt Reynaud.

Connu des milieux dirigeants politiques et militaires.

Inconnu du grand public

 

Notoriété :  1/10

Prestige :  1/10

__________________

Total : 2 /20

Candidat pour le 2° rang … ou à défaut pour le 1°

Parie sur le caractère mondial du conflit, et demande la poursuite de la guerre depuis l’Angleterre et l’Afrique du nord.

Considère comme illégitime le gouvernement de Pétain.