Home

 

 

Vers le cours "Comprendre la crise de 1929"

 

Franklin Delano ROOSEVELT

( 1882 – 1945)

 

Roosevelt a été l’un des présidents les plus marquants de l’histoire des Etats-Unis, et incontestablement le plus grand du XX° siècle. Il restera :

-L’artisan du « New Deal », qui a durablement marqué la société américaine.

-L’un des chefs, avec Churchill et Staline, de la Grande Alliance contre le nazisme, l’un des hommes de Yalta.

-Le seul président des Etats-Unis à avoir été élu quatre fois

- … et enfin le seul infirme à avoir dirigé une grande nation.

 

Au départ, sa carrière semble pourtant assez banale. Il naît dans une riche famille de l’aristocratie du Nord-Est. (Roosevelt est un nom hollandais, et « aristocratie » désigne aux Etats-Unis les riches descendants des plus anciens immigrants). Ceci le prédispose évidemment à une brillante carrière :

Etudes à Harvard

Diplôme d’avocat

Sénateur démocrate en 1908

Secrétaire adjoint à la Marine (ministre) en 1912. C’est le poste qu’il occupe pendant la Première Guerre mondiale, sous la direction du président Wilson.

En somme, rien d’extraordinaire pour un rejeton de l’aristocratie.

 

L’extraordinaire commence en 1921. Roosevelt est écarté du pouvoir depuis l’installation d’un président républicain en 1920. En août 1921, un drame le frappe : atteint par la poliomyélite, il perd l’usage de ses jambes, et ne le retrouvera jamais. Ceci devrait normalement mettre un terme à sa carrière. Mais Roosevelt refuse de s’incliner devant la maladie, et reprend son activité politique dès 1928.

En 1929 il est élu gouverneur de l’état de New York, et en 1932 il obtient l’investiture démocrate pour les élections présidentielles de novembre, face au  président sortant, le républicain Hoover.

 

Depuis 1929, l’économie américaine s’est effondrée. Il y a en 1932 douze millions de chômeurs. Le président Hoover s’est accroché aux dogmes du libéralisme économique, et est resté convaincu que le reprise se ferait seule, sans intervention de l’état. Discrédité, il est largement battu par Roosevelt. Pourtant le programme du démocrate est bien vague. Mais il a promis qu’il ferait « quelque chose » contre la crise, et il lance dès juillet 1932 le slogan du « New Deal » (nouvelle donne).

 

Installé à la Maison Blanche en mars 1933, Roosevelt lance une politique audacieuse. Le « New Deal », c’est l’intervention massive de l’état pour relancer la machine économique. Cette politique est ruineuse. Le dollar doit être dévalué de 40 %. La Cour suprême s’oppose aux interventions de l’état. Mais les Américains sont suffisamment convaincus des résultats pour que Roosevelt soit triomphalement réélu en novembre 1936. La Cour suprême s’incline.

 

En 1939 l’Amérique est neutre dans la guerre qui commence en Europe. Roosevelt sait que les ambitions allemandes (et japonaises) mettent en cause les intérêts vitaux des Etats-Unis. Mais il doit compter avec le pacifisme et l’isolationnisme de l’opinion. En 1940, il se présente de nouveau aux élections, en promettant la paix. Fait sans précédent, il est élu une troisième fois président des Etats-Unis. Il s’efforce d’aider de son mieux l’Angleterre, sans rompre la neutralité. En mars 1941 la loi prêt-bail permet de livrer massivement et gratuitement du matériel aux Anglais.  Dès juin 41 le bénéfice de cette loi est étendu à l’URSS. En août 41, Roosevelt et Churchill signent la Charte de l’Atlantique, qui affirme la solidarité des nations démocratiques contre le nazisme.

 

Ce sont les Japonais qui font entrer les Etats-Unis dans la guerre, en attaquant Pearl Harbor le 7 décembre 1941. Deux jours plus tard Roosevelt déclare à la radio :

 « Nous devons faire face à la grande tâche qui est devant nous en abandonnant immédiatement et pour toujours l’illusion que nous pourrions jamais nous isoler à nouveau du reste de l’humanité ».

Roosevelt choisit immédiatement de mener la guerre en accord étroit avec l’Angleterre et l’URSS. C’est la Grande Alliance, dont il est l’un des chefs avec Churchill et Staline. Malgré les méfiances réciproques, la coopération est étroite. Les trois hommes se rencontrent à Téhéran (novembre 1943), et surtout à Yalta (février 1945).  Entre-temps Roosevelt a été élu une quatrième fois président  (novembre 1944): les Américains n’allaient pas changer de président à deux doigts de la victoire. C’est un fait sans précédent, et qui ne se reproduira pas : le 22° amendement de 1951 limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

 

Contrairement à la légende, Yalta n’a décidé aucun partage du monde ou de l’Europe. Roosevelt s’y serait résolument opposé, car il croit à un arbitrage des problèmes mondiaux imposé en commun par les grandes puissances. Il est le principal artisan de la création de l’ONU, décidée à Yalta.

 

Quelques semaines après Yalta, Roosevelt meurt brutalement d’une attaque cérébrale (12 avril 1945). Il était épuisé par 12 années de responsabilités écrasantes, mais pas très âgé : 63 ans.  Sa mort est donc imprévue, et le vice – président Truman qui doit prendre sa place n’a pas du tout été préparé à la direction du pays.

Mais ceci est une autre histoire …

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette photo est intéressante parce qu'elle est l'une des rares à montrer sans ambiguïté l'infirmité de Roosevelt. Les médias étaient plus discrets qu'aujourd'hui ...