Home
Vers le cours sur le génocide arménien

 

Pour voir la cartographie animée, cliquer sur les cartes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Empire ottoman, la Grande Guerre

 et le génocide arménien

Temps de lecture : 26 mn

 

Page 1

 

Pour l'Empire ottoman, la Grande Guerre s'inscrit dans une séquence longue, qui va de 1911 à 1923

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 2

 

Cette histoire commence en 1911 avec l'attaque italienne contre la Tripolitaine, et elle se poursuit en 1912 - 1913 avec les Guerres balkaniques. Au terme de ces guerres l'Empire ottoman est presque totalement expulsé d'Europe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 3 à 5

 

Lorsque la guerre générale éclate en août 1914, l'Empire ottoman décide très vite d'y participer aux côtés des puissances centrales. Il espère, après une victoire de l'Allemagne, retrouver son rang en jouant la carte du panislamisme ou du panturquisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 6 et 7

 

La guerre commence de façon catastrophique : défaite face à la Russie à Sarikamish (janvier 1915), débarquement allié à Gallipoli (avril 1915). C'est dans ce contexte que les dirigeants Jeunes Turcs ordonnent en avril 1915 la destruction des Arméniens dans toute l'Anatolie.  Le massacre s'échelonne en plusieurs étapes, d'avril 1915 à novembre 1916.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 8

 

En 1916, la révolte arabe aidée par les Anglais signe la fin de tout projet panislamiste : les musulmans ne se regrouperont pas autour du sultan de Constantinople.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 9 à 11

 

Malgré les revers qui se sont accumulés en 1916 et 1917, l'Empire ottoman garde l'espoir de la victoire jusqu'en 1918. La révolution russe et l'effondrement de l'armée russe ouvrent de larges perspectives du côté de l'Asie centrale et des peuples turcophones. L'armée turque occupe Bakou en septembre 1918.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 12

 

Mais les puissances centrales s'effondrent dans les Balkans. La défaite de la Bulgarie ouvre la route de Constantinople aux alliés, et oblige l'Empire ottoman à signer  l'armistice de Moudros le 30 octobre 1918.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 13 à 15

 

Avec l'armistice, l'Empire ottoman est à la merci des vainqueurs. Le sultan accepte cette défaite.  Mais un fort courant patriotique turc refuse la défaite, et rassemble des forces au cœur de l'Anatolie. Le général Mustafa Kemal apparait vite comme le leader de ce courant nationaliste. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 16

 

Mustafa Kemal construit un nouveau pouvoir en Anatolie, avec Ankara comme capitale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 17 et 18

 

L'Empire ottoman apparait comme en voie de désintégration. En août 1920 le traité de Sèvres ne laisse subsister qu'une petite Turquie, amoindrie par des annexions grecques à l'ouest, et la création d'un état arménien à l'est.

Le sultan accepte ce traité. Mustafa Kemal le rejette.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 19 et 20

 

 

Mustafa Kemal trouve l'alliance de la Russie soviétique. En septembre - décembre 1920, il gagne une guerre contre la petite république d'Arménie issue de l'éclatement de l'empire russe. Elle pourra survivre, mais en acceptant la protection de la Russie soviétique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 21

 

Contre les Grecs, les Kémalistes rencontrent de grandes difficultés en 1921, puis réussissent à l'emporter en 1922. Les Grecs évacuent Smyrne. Le traité de Sèvres est mort, il faut en négocier un autre.  avant de négocier, Mustafa Kemal dépose le sultan.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 22 et 23 

 

Le traité de Lausanne (juillet 1923) fait naitre la Turquie moderne. C'est un état nation, l'état du peuple turc. Les Grecs sont expulsés.  Le projet d'état arménien est enterré. Mustafa Kemal n'avait aucune responsabilité dans le génocide arménien, mais il en acceptait le bénéfice : une Anatolie vidée de sa population arménienne.

Il n'y avait donc aucune chance que la Turquie nouvelle reconnaisse le crime qui était à l'origine de cette situation.