Home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chronologie : cliquer ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 - Cliquer sur l'image

 

 

 

 

 

 

2 - Cartographie animée Cliquer sur l'image

4 - Ultima Ratio RegumCliquer sur l'image

 

 

 

 

3 - Entées en guerre - Cliquer sur l'image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

5 - La grande Illusion  - Cliquer sur l'image

 

 

 

 

6 - Jaurès et la guerre - Cliquer sur l'image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 - Problème roumain

Cliquer sur l'image

 

 

 

 

11 - "L'affaire Sixte"

Cliquer sur l'image

 

8 - Pertes françaises - Cliquer sur l'image

 

 

 

12 - Le rapport de force

Cliquer sur l'image

 

 

 

13 - Wilson en 1916

Cliquer sur l'image

 

 

14 - Une campagne progressiste - Cliquer sur l'image

 

 

9 - Blocus allié - Cliquer sur l'image

 

 

 

 

15 - Deux présidents progressistes

Cliquer sur l'image

 

 

10 - Appel de Zimmerwald : cliquer ici

 

 

 

 

 

 

 

16 - Pershing au Mexique -  Cliquer sur l'image

 

 

18 - Le télégramme Zimmermann - Cliquer sur l'image

 

 

17 - Exportations américaines - Cliquer sur l'image

 

 

 

 

 

 

19 - Un monde meilleur - Cliquer sur l'image

 

 

 

20 - La puissance industrielle américaine en 1914 - Cliquer sur l'image

 

 

 

 

 

 

 

 

 

21 - Textes fondamentaux aux origines de l'isolationnisme américain
22 - Interventions extérieures des Etats-Unis avant 1917 - Cliquer sur l'image

 

 

 

 

 

 

- 23 -

Discours du président Wilson au Sénat

le 22 janvier 1917

(donc avant l'entrée en guerre des Etats-Unis)

 

"La guerre actuelle est-elle une lutte pour une paix juste et durable, ou pour un nouvel équilibre des forces ? (...)

Il faut qu'il y ait, non pas un équilibre des forces, mais une communauté de pouvoir, non pas des rivalités organisées, mais une paix organisée et commune."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hiver 1917 : où en est la guerre ?

 

 

 

Introduction   

1917 est une année clé pour le déroulement de la guerre … et du siècle.

Trois dates clé pour le XX° siècle :

 

1917 – L’entrée en scène des deux grands acteurs du siècle, les Etats-Unis et la Russie soviétique.

1945 – Triomphe de ces deux acteurs, qui se rencontrent sur les ruines de l’Europe et vont construire le monde bipolaire.

1989 – Effondrement de l’un des deux acteurs, le système soviétique

Nous avons vécu ensuite l’illusion d’un monde unipolaire, jusqu’à ce que s’impose l’évidence d’un monde de plus en plus multipolaire. 

 

Mais en janvier 1917 personne ne connait la fin de l’histoire.

Situation vécue à ce moment là : la guerre est dans l’impasse … une telle impasse qu’il faudra bien qu’il se passe quelque chose. Ce « quelque chose », ce sera l’entrée en guerre des Etats-Unis et l’effondrement du régime tsariste.

 

Nous évoquerons cette période en nous référant à une chronologie limitée au semestre novembre 1916 – avril 1917. Car à ce moment personne ne mesure la portée des changements en cours. Personne ne connait l’issue de la guerre, personne ne sait que la Russie va devenir communiste et que les Etats-Unis vont dominer le monde.

 

Voir chronologie

 

 

 

 

I – La guerre dans l’impasse

 

 

 

Impasse : début 1917 aucun des deux camps ne semble en mesure de l’emporter ou sur le point de s’effondrer.

Ce sentiment d’impasse est confirmé par le témoignage d’un Argenteuillais : le sous lieutenant Robert Morin. Prisonnier en Allemagne depuis août 916, il décide en janvier 1917 d’écrire son carnet de guerre. Ce carnet a été publié en 2014 par son petit-fils.

Voir 1- Carnet de Robert Morin

 

L’impasse totale : militaire, diplomatique, politique, morale ….

 

 

1) Echec militaire               

 

La puissance de feu que la révolution industrielle a donné aux armées fait échouer toutes les offensives de fantassins.

Sur aucun front il n’y a eu de victoire décisive.

Voir 2 - Cartographie animée : la guerre de 1914 à 1916, et l'extension du conflit

 

 

 

2)Echec de l’extension de la guerre

 

L’extension de la guerre à la plupart des pays européens n’a pas débloqué la situation.

Voir 3 - Carte de l'extension de la guerre

 

Les gouvernements qui entrent en guerre après août 1914 ne sont pas obligés de le faire, et ils connaissent la réalité de la guerre de tranchées. Pourquoi entrent-ils volontairement dans cet enfer ?

 

Parce qu’en 1914 l’a emporté la conception classique de la guerre, symbolisée par la formule ULTIMA RATIO REGUM (« le dernier argument des rois ») : la guerre est un moyen ultime, mais normal, de régler un conflit d’intérêts entre états.

Voir 4 - Photo

 

A l’époque des armements modernes, cela devenait suicidaire, et il y a eu des voix pour le dire. Voir par exemple l’immense succès du journaliste anglais Norman Angell avec son livre « La Grande Illusion ».

On peut le télécharger :

https://archive.org/stream/lagrandeillusion00ange#page/38/mode/2up

 

Voir 5 - « La grande illusion »

(C’est le titre de CE livre que Jean Renoir a emprunté en 1937 pour son film qui devait à l’origine s’appeler Les aventures du lieutenant Maréchal)

 

 

En politique, Jaurès a été le seul leader important à dire que la guerre n’était plus un moyen envisageable de régler un conflit d’intérêt.

Voir :  6 - Jaurès sur la guerre

 

Mais en août 1914, on en est revenu  à ULTIMA RATIO REGUM  à  il faut être présent à la table de jeu lors de la redistribution de cartes, surtout si l’on estime avoir des revendications légitimes.  …

 

… et il y a des revendications légitimes

Ex : la Roumanie qui entre en guerre en août 1916 … et qui est très rapidement vaincue. Or on peut comprendre ses revendications

 

Voir 7 - Carte Roumanie

 

Cas particulier : les états des Balkans entrainés dans la guerre sans l’avoir voulu : *Albanie (retraite serbe en novembre 1915)

*Grèce occupée par les Alliés fin 1915 àdivision parmi les Grecs à « Vêpres grecques »  de décembre 1916 [combats entre troupes franco-britanniques et troupes grecques restées fidèles au roi, qui était pro-allemand]

 

 

3)Impasse pour les peuples

Souffrances terribles, mais pas de révolte.

 

-La France est le pays le plus endeuillé : environ 800.000 morts à la fin de 1916

Voir 8 - Pertes françaises

 

-L’Allemagne est le pays le plus affamé, surtout à partir de 1916.  Cf le blocus

Voir 9 - Carte

- … mais ce n’est pas dans ces pays qu’aura lieu la révolution à force du sentiment patriotique.

 

 

 

4)Impasse des tentatives de paix

 

a)L’internationale socialiste : Zimmerwald (1915) et Kiental (1916).

Voir 10 - Appel de Zimmerwald

 

b)La tentative de l’Autriche-Hongrie

Portée par le nouvel empereur Charles I°,  qui veut sortir de la guerre et réformer l’empire. Il contacte la France et se montre favorable à la restitution de l’Alsace-Lorraine. Echec, car l’Allemagne croit toujours en une paix victorieuse.  

Voir 11 - « L’affaire Sixte »

 

5)Comment sortir de l’impasse ?

 

a)Les Alliés

Rapport de force : Voir 12 - Carte

Offensive au printemps 1917, en pensant que la supériorité numérique permettra de l’emporter.

C’est dans la perspective de cette offensive que, en décembre 1916, Joffre est remplacé à la tête des armées françaises par Nivelle, jugé plus combatif.

 

 

b)Les Allemands

Décision en janvier 1917 de déclencher la guerre sous-marine à outrance. Si les Etats-Unis entrent en guerre, ils ne pourront apporter d’aide importante avant un an au minimum. Or six mois de guerre sous-marine devraient contraindre les Alliés à négocier en position de faiblesse.

 

 

 

 

II-L’entrée en scène des Etats-Unis

 

1)Les circonstances

 

a)Neutralité àdébut 1917

 

Wilson réélu en novembre 1916 avec le slogan « Il nous a gardé hors de la guerre »

Voir 13 -  Wilson en 1916

 

-Wilson est démocrate, en fait il appartient au mouvement progressiste présent dans les deux partis à la fin du XIX° siècle. Il s'agit d'une critique des excès du "big business" (corruption, monopoles, exploitation des nouveaux immigrants), absolument pas d'une critique du capitalisme. Il s'agit au contraire de permettre au capitalisme de fonctionner sous sa forme "pure" et de réaliser le "Rêve américain" : un pays où chacun ait véritablement sa chance.

Voir 14 - Une campagne progressiste

 

Deux présidents représentent ce mouvement  progressiste : Théodore Roosevelt et Woodroow Wilson.

Que font-ils ?

- réformes sociales et lois anti-trust

-politique étrangère plus active, qui commence à infléchir l’isolationnisme traditionnel.

 

Voir 15 - Deux présidents "progressistes"

 

 

-Mais les Etats-Unis ne sont pas une puissance militaire moderne : à la fin de 1916 leur armée est en train de poursuivre Pancho Villa au Mexique

Voir 16 - L'expédition au Mexique

 

 

b)Intervention américaine

 

Un lien économique fort s'est établi pendant la guerre avec les Alliés, alors que le blocus a pratiquement interrompu le commerce avec l'Allemagne. Les exportations s'accompagnent de prêts

Voir 17 - Exportations et prêts américains 

 

S'ajoute à cela l'affaire du  "télégramme Zimmermann". Le ministre des affaires étrangères allemands, Zimmermann, adresse en janvier 1917 un télégramme codé à l'ambassadeur allemand à Mexico. L'ambassadeur est prié d'indiquer au gouvernement mexicain que, si le Mexique faisait la guerre aux Etats-Unis, l'Allemagne l'aiderait et serait favorable à la rétrocession du Mexique et d'autres territoires.

Le télégramme, déchiffré par l'espionnage britannique, est transmis aux Etats-Unis où il fait un énorme scandale.  

Voir 18 - Le télégramme Zimmermann

 

 

-Le 2 avril 1917, à la demande de Wilson, le congrès des Etats-Unis vote à une large majorité la déclaration de guerre à l'Allemagne :

Sénat : 82 "pour" et 6 "contre"

Chambre des représentants : 373 "pour" et 50 "contre".

 

Mais les raisons évoquées ci-dessus ne suffisent pas pour comprendre le sens profond de cette entrée en guerre : en 1914 l’Europe est le centre du monde, et pour la 1° fois une puissance non européenne va intervenir.

Elle le fait avec des conceptions nouvelles, et qui ne sont pas européennes.

 

 

2)Le « Nouveau Monde » est un monde différent

 

Conviction que le "Nouveau monde " est un monde meilleur, moralement supérieur, parce construit par des immigrants qui ont rejeté le "vieux monde" et ses tares : oppression, injustice, guerres de conquête ...

Le "Nouveau monde" est une "cité rayonnante sur la colline", modèle pour le monde entier. 

Voir 19 - "A shining city upon a hill"

 

-Un monde d’abondance. L'abondance est un don de Dieu (le "pays où coulent le lait et le miel"). La fortune est la récompense de Dieu pour les plus méritants.

Au cours de l'histoire, aucune nation au monde n'a connu une croissance aussi fulgurante que celle des Etats-Unis : croissance du territoire, de la population, de la production.

 

Voir 20 - Production industrielle en 1913

 

 

3)Une nouvelle vision des RI

 

L'isolationnisme est choisi dès les origines par les Etats-Unis. (Discours d'adieu de Washington - 1796.  Doctrine Monroe - 1823)

Voir 21 - Les principes de l'isolationnisme

 

-Mais isolationnisme ne signif

ie pas isolement : les Etats-Unis sont très souvent intervenus à l'extérieur de leurs frontières pour défendre la liberté des mers (c'est à dire leurs intérêts commerciaux) ou la sécurité de leurs ressortissants.

Voir 22 - Interventions extérieures américaines avant 1917 

 

L'isolationnisme signifie que les Etats-Unis n'interviennent pas en Europe, et ne réclament pas leur place dans le concert des puissances européennes. Ce "concert européen" repose sur le rapport de force et le partage, notions que les Etats-Unis récusent. Ils veulent un seul monde, fondé sur la liberté et la démocratie, et dans lequel ils occuperaient, bien entendu, le premier rang.

 

-Intervention 1917 : non pas entrer dans le concert européen, mais créer un concert mondial sur la base des valeurs américaines. C'est la raison pour laquelle les Etats-Unis ne se considèrent pas comme "alliés" de la France et de l'Angleterre, mais comme "associés". La différence d'approche entre les Etats-Unis et l'Europe est très bien résumée par la déclaration de Wilson devant le Sénat américain le 22 janvier 1917.

Voir ci-contre  23