George Washington : « Farewell Adress » (19 septembre 1796)

« La grande règle de conduite pour nous, au regard des nations étrangères, est d’étendre nos relations commerciales et d’avoir avec elles le moins de relations politiques possibles. Aussi loin que nous avons pris des engagements, remplissons-les avec bonne foi. Et arrêtons-nous là.

 L’Europe a des intérêts qui ne nous concernent aucunement, ou qui ne nous touchent que de très loin. Elle se trouve engagée dans de fréquentes controverses, dont les causes nous sont essentiellement étrangères. Il serait donc contraire à la sagesse de nous impliquer, par des liens artificiels, dans les vicissitudes de sa politique (…) »

 

 

 

Thomas Jefferson : « Inaugural Adress » (4 mars 1801)

 

[Nous voulons] “paix, commerce et honnête amitié avec toutes les nations, sans conclure d’alliances contraignantes avec aucune”.

 

 

 

 

 

 

James Monroe : Message au Congrès (2 décembre 1823)

 

 

[Nous affirmons] comme un principe concernant les droits et les intérêts des Etats-Unis, que les continents américains, par la liberté et l’indépendance qu’ils ont assumées et maintenues, ne doivent plus désormais être considérés comme une zone de colonisation par aucune puissance européenne.   (…)

 

Nous devons, en raison des relations amicales existant entre les Etats-Unis et ces puissances [européennes], déclarer que nous considérerions toute tentative de leur part d’étendre leur système politique sur une quelconque partie de cet hémisphère comme dangereux pour notre sécurité et pour la paix. Avec les colonies des puissances européennes, nous n’avons pas commis et ne commettrons pas d’ingérence. Mais avec les Gouvernements qui ont déclaré et maintenu leur indépendance, et dont nous avons reconnu l’indépendance au nom des principes que nous considérons comme justes, nous considérerions toute tentative de toute puissance européenne pour les opprimer de nouveau comme une manifestation inamicale à l’égard des Etats-Unis. (…)

 

Les récents évènements d’Espagne et du Portugal montrent que la situation de l’Europe est encore troublée. La meilleure preuve en est que les puissances alliées ont jugé conforme à leurs principes d’intervenir par la force dans les affaires intérieures de l’Espagne. (…) Notre politique au regard de l’Europe,  adoptée dès le début des guerres qui ont longuement agité cette partie du globe, reste toujours la même, qui est de ne pas interférer dans les affaires intérieures d’aucune puissance ; de considérer le gouvernement de facto comme le gouvernement légitime pour nous ; de cultiver et maintenir des relations amicales avec lui (…) »  

 

 

Les déclarations fondant l'isolationnisme américain
George Washington,

1° président des Etats-Unis de 1789 à 1797

Thomas Jefferson,

3° président des Etats-Unis, de 1801 à 1809

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

James Monroe,

5° président des Etats-Unis de 1817 à 1825