Hitler avait-il une stratégie mondiale ?

Lecture de l'ensemble des cartes : 20 mn

 

 

La question peut sembler étrange, dans la mesure où le but avoué d'Hitler était de faire de l'Allemagne la première puissance mondiale. La question mérite cependant d'être posée, et elle révèle ce que la pensée stratégique d'Hitler avait d'archaïque.

Page 1

 

 

Pour Hitler, l'Allemagne sera la première puissance mondiale lorsqu'elle aura établi son hégémonie sur l'Europe. Comment établir cette hégémonie ? Là est  la seule question vraiment importante. Il peut survenir un conflit avec d'autres puissances mondiales, en particulier les Etats-Unis, mais Hitler ne l'envisage que dans un avenir lointain.

Page 2

 

 

Pour établir cette hégémonie sur l'Europe, Hitler choisit un "nouveau plan Schlieffen": battre ou décourager ses adversaires les uns après les autres, sans jamais perdre de vue le but principal : la destruction de l'URSS et la construction du Lebensraum (espace vital) à l'Est.

Page 3

 

 

Ce plan semble parfaitement fonctionner de 1938 à 1940. Il permet successivement d'annexer l'Autriche, la Tchécoslovaquie, la plus grande partie de la Pologne. Il permet d'occuper le Danemark, la Norvège, les Pays-Bas et la Belgique, et, surtout, de détruire l'armée française en mai-juin 1940.

Pages 4 à 7

 

 

Mais dès 1940 le "nouveau plan Schlieffen" est dans l'impasse. L'Angleterre refuse de cesser le combat.  La guerre à l'Ouest n'est pas terminée, alors que la guerre contre l'URSS n'est même pas encore commencée.

Hitler est dès lors contraint à une fuite en avant : atteindre tous ses objectifs le plus vite possible, pendant que l'Allemagne a encore la supériorité militaire. Mais cela le contraint aussi a adopter une vision mondiale des problèmes.

Page 8

 

 

Les Etats-Unis sont devenus dès le début de 1941 un danger immédiat, parce que, malgré leur neutralité officielle, ils ravitaillent massivement l'Angleterre et lui permettent de tenir. Hitler résiste aux pressions de ses amiraux qui voudraient déclencher la guerre sous-marine contre les Etats-Unis. Il donne la priorité à la guerre contre l'URSS (commencée en juin 1941), et ne veut pas de nouvelle pression à l'Ouest.

Pages 9 à 11

 

 

C'est aussi dans le cadre de sa guerre contre l'URSS qu'Hitler commence à s'intéresser sérieusement au Japon. Il conseille aux Japonais d'attaquer Singapour, pour accabler l'Angleterre, et attirer davantage l'attention des Etats-Unis vers le Pacifique. Les Japonais écoutent poliment, mais se gardent de toute promesse. Après l'attaque allemande contre l'URSS (juin 1941), Hitler suggère une attaque japonaise contre Vladivostok. En vain : le Japon a déjà choisi "l'option Sud", sans conflit avec l'URSS.  Mais il n'en a pas informé l'Allemagne.  Hitler redoute que le Japon reste en marge de la guerre et lorsqu'il apprend Pearl Harbor (7 décembre 1941), il considère cela  comme une divine surprise.

Page 12 et 13

 

 

De cette affaire on peut tirer deux enseignements évidents :

- Les "alliés" allemands et japonais poursuivent chacun leurs objectifs, sans jamais se tenir informés de leurs plans réels.

- Hitler cherche moins à utiliser la force du Japon contre leurs ennemis communs, qu'à détourner la puissance des Etats-Unis contre le Japon.

Page 14

 

 

Le contraste est, à tous points de vue, éclatant, avec la stratégie commune élaborée par la "Grande Alliance" dès le début de 1942. Bien que les Etats-Unis aient été attaqués par le Japon, un choix très clair est fait en accord avec l'Angleterre et l'URSS : concentrer toutes les forces contre l'Allemagne, puis se retourner contre le Japon.

Page 15

 

 

Hitler a lui-même facilité l'adoption de cette stratégie commune en déclarant la guerre aux Etats-Unis (rien ne l'y obligeait) quelques jours après Pearl Harbor.

Il a auparavant obtenu du Japon un engagement écrit de ne jamais négocier de paix séparée. Le choix d'Hitler s'inscrit dans une logique claire : détourner la foudre contre son "allié". Il espère que l'Amérique restera engagée dans le Pacifique jusqu'à ce que l'Allemagne ait abattu l'URSS et soit devenue invincible sur le continent européen.

Page 16

 

On peut donc conclure sans grande audace qu'une véritable stratégie mondiale du nazisme n'a jamais existé. Elle n'envisageait les problèmes mondiaux que comme des opportunités à utiliser pour venir au secours d'une stratégie qui restait purement européenne.

Page 17

 

Home

 

 

 

Page 1 - C'est une bonne question et je vous remercie de me l'avoir posée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 2 - D'abord l'Europe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 3 - Le "nouveau plan Schlieffen"

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 4 à 7 - Les succès en Europe

 

 

 

 

 

Page 8 - L'impasse, dès 1940

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 9 à 11 - De l'Europe au monde

 

 

 

 

 

 

 

 

Pages 12 et 13 - Hitler et le Japon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 14 - Résumé sur la stratégie de l'Axe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page 15 - Comparaison : la stratégie de la Grande Alliance

 

 

Page 16 - Hitler et la déclaration de guerre aux Etats-Unis

 

 

 

Sources :

Des mises au point lumineuses et solide dans les deux ouvrages suivants :

Complément : le pacte Allemagne - Japon - Italie du 11 décembre 1941

 

 

 

 

 

 

Paul-Marie de la Gorce - "39-45, une guerre inconnue"

Flammarion 1995

 

Epuisé, mais peut se trouver d'occasion sur Internet.

 

 

 

 

 

Ian Kershaw - "Choix fatidiques"

Seuil 2009

 

Réédité en 2012 en collection de poche.

 

 

 

Page 17 - Pour conclure...