Gonesse

Programme de l'UIA en 2017 - 2018

 

Organisateurs :

CCAS de la ville de Gonesse

UIA du Nord Parisien

 

Le lieu des cours sera précisé ultérieurement.

 

Inscriptions :

Contacter le CCAS de la ville de Gonesse : 01 30 11 55 20

 

Home

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 24 novembre 2017 à 14 h 30

Il y a cent ans : la déclaration Balfour

Emmanuel Garcia, professeur d’histoire

 

« Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’installation en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif … ».

Par ces quelques lignes écrites le 2 novembre 1917, le ministre britannique James Balfour prenait un engagement lourd de conséquences. Un coup de pouce décisif était apporté au projet sioniste de renaissance d’un état juif sur la « Terre promise ». Personne n’en mesurait alors les conséquences. 

Il faut se replonger dans le contexte de l’automne 1917 pour comprendre ce qu’a voulu faire le gouvernement britannique, ce qu’ont été ses motivations et ses erreurs.

____________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment fonctionne notre cerveau ?

Catherine Verney, chercheuse à l'INSERM

 

Vendredi 1° décembre à 14 h 30

 Le développement cérébral : de la molécule à la fonction

Comment se forme notre "disque dur" cérébral? Nous verrons les mécanismes biologiques de « construction » de l'embryon/cerveau dans l'espace et le temps. Est-ce que tout se joue dans l'enfance et/ou comment s’exprime la résilience? En parallèle comment s'effectue la mise en place de nos grandes fonctions cérébrales et de notre rapport au monde ? Quels sont les parts de la génétique et l'épigénétique dans la mise en place de ces fonctions ? Le développement cérébral sera étudié dans sa globalité en relation avec le corps (second cerveau) et la pensée.
 


Vendredi 8 décembre à 14 h 30
La plasticité cérébrale

La plasticité cérébrale  entraine des remaniements continuels dans notre cerveau au cours du développement et chez l’adulte. Mécanismes, exemples  et limites de la plasticité cérébrale.

_______________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredis 10 et 17 novembre 2017 à 14 h 30

 

Florence : portrait historique d'une cité

 

Marie-Agnès Bennett, professeur de lettres classiques

 

Comment Florence, à l’origine simple camp romain au bord de l’Arno, est-elle devenue un des foyers culturels et artistiques les plus vivants d’Italie ? C’est à la découverte des grandes périodes de l’histoire d’une ville qui eut des relations privilégiées avec la France que cette conférence nous conviera. Nous évoquerons bien sûr les Médicis, les souverains-mécènes qui assurèrent son essor et nous attarderons ensuite en  priorité sur des personnalités florentines universellement connues dans le domaine de la littérature comme Dante, Boccace, Pétrarque ou Machiavel, sans oublier les musiciens, peintres et architectes qui contribuèrent au rayonnement de la cité toscane.

_____________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Philosophons un peu ...

Brigitte Rovère, professeur de philosophie

 

SOMMES – NOUS  EGAUX  ?

Vendredi 15 décembre 2017 à 14 h 30

Alors même que depuis trois siècles, on se bat pour l’Egalité parmi les hommes, celle-ci  n’a jamais cessé de n’être qu’une idée, plutôt qu’une réalité. Faut-il donc s’y résoudre ? Et chercher modestement à quelle(s) condition(s) une société inégalitaire pourrait-elle quand même être une société juste ? Ou peut-on (ou encore, faut-il) espérer davantage ?

 

RELIGION  ET  DEMOCRATIE

Vendredi 22 décembre 2017 à 14 h 30

Les religions semblent aujourd’hui tirer profit du désenchantement envers les idéologies politiques. Faut-il, au nom de l’idéal républicain de laïcité, et pour protéger la démocratie, tenter de les neutraliser ?  Ou plutôt chercher à leur ménager un espace dans une société devenue plurielle ?  Si oui, lequel ? Et surtout : à quelles conditions les religions pourraient-elles jouer un rôle dans la modernité du 21ème siècle, qui soit au bénéfice de tous ?

___________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 19 janvier 2018 à 14 h 30

La ville durable au XXI° siècle

Patricia Labarde, professeur de géographie

La concentration urbaine entraîne des problèmes spécifiques : embouteillages, pollutions, question du ramassage des ordures, augmentation des prix de l'immobilier, ségrégation socio-spaciale entre quartiers riches et pauvres, etc. Comment alors avoir des villes durables? Malmö, Curitiba, San Francisco, Fribourg, Tianjin, ... certaines villes prétendent déjà être des villes durables ! Quelles sont ces villes du futur qui sauraient préserver l'environnement tout en offrant un développement économique à leurs habitants et en luttant contre les inégalités sociales ?

________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredis 26 janvier et 2 février à 14 h 30

Byzance, mille ans d'art et d'histoire

Marie-Agnès Bennett, professeur de lettres classiques

 

Empire romain oriental, Byzance a pris la relève d’une Rome décadente et menacée. Elle fut, pendant plus d’un millénaire, le symbole du monde civilisé. Fidèle à la loi romaine,  à la culture grecque et à la foi chrétienne, Byzance a assuré le passage entre le monde antique et l’époque moderne. Son raffinement, sa puissance intellectuelle, ses réalisations artistiques ont, pendant des siècles, exercé un grand attrait mais sont actuellement trop mal connus. C’est à la redécouverte de cette grande civilisation que ces conférences tenteront de contribuer.

_______________________________________________________________________________

 

 

 

 

Vendredi 12 janvier 2018 à 14 h 30

Les couples célèbres

Zsuzsi Palasti, conférencière

Faisons connaissance de quelques couples célèbres en mythologie, en littérature, au cinéma, en sciences, en politique.

La liste est sans fin : Ariane et Bacchus, César et Cléopâtre, Tristan et Iseult, Pierre et Marie Curie, Simone Signoret et Yves Montand, Le Général de Gaulle et Yvonne ...

____________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 9 février 2018 à 14 h 30

L’alimentation « bio »

Cécile Bézy, professeur de sciences de la vie et de la terre

Notre équilibre alimentaire passe-t-il par le bio? Mais qu’est-ce que c’est au juste que l’agriculture biologique?
Est-ce un gage d’avenir pour la planète ? Pour nos écosystèmes ? Pour la santé de ceux qui la peuplent ? Le « bio » permet-il de limiter la diffusion des perturbateurs endocriniens.
Nous nous efforcerons de répondre à ces multiples questions. Et nous ferons un petit tour vers les inconnus ou oubliés de nos assiettes: les micro-nutriments.

_______________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredis 9 et 16 mars 2018 à 14 h 30

Frédéric Chopin, poète du piano

Eric Bennett, professeur de lettres classiques

Lorsque Robert Schumann termine un article sur un Chopin de vingt ans par la formule restée célèbre : « Chapeaux bas, Messieurs, un génie ! », il salue en même temps le pianiste prodige et le compositeur précoce. Devenu une figure de la vie musicale parisienne et du cénacle romantique, le jeune Polonais passe les étés à Nohant, chez George Sand, où il trouve la paix propre à la création ; il égrène dans ses compositions tantôt la mélancolie d’une âme à vif, tantôt les aspirations héroïques du peuple polonais humilié. Après une tournée épuisante en Angleterre et en Ecosse, rongé par la tuberculose, il meurt à Paris à 39 ans. Incomparable inventeur de mélodies, Chopin incarne à lui seul le piano romantique.

 ________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 24 mars 2018 à 14 h 30

Autour du centenaire de Mandela :

L'Afrique et nous

M. Didier Nativel, professeur d'histoire

 Fils d’un chef xhosa, cet avocat sud-africain non violent s’est d’abord fait connaître comme l’une des grandes figures de la lutte anti-apartheid à la tête de l’ANC (Congrès national africain). Emprisonné pendant 27 ans, il est ensuite devenu l’un des grands chefs de l’Etat de la fin du XXe siècle. Au-delà de son destin exceptionnel, c’est bien l’entrelacement de son histoire personnelle et de celle d’une région du monde, voire de tout un continent, en prise avec les transformations profondes de la planète qu’il serait précieux d’analyser. Notre rapport à l'Afrique est aujourd'hui une question essentielle.

___________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 13 avril 2018 à 14 h 30

Machiavel

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

Machiavel : un des noms les plus célèbres de tout l'héritage politique européen. Quel homme politique rusé et sans scrupule n'a-t-il pas été qualifié de "Machiavel" ? Il reste un sujet d'interrogation et de débat. Un éminent professeur au Collège de France,  Patrick Boucheron lui a consacré un petit livre à succès ("Un été avec Machiavel", éditions Equateur, 2017) ... et c'est Machiavel qu'un étudiant nommé Emmanuel Macron avait choisi comme sujet de son DEA de philosophie.

Nous nous interrogerons sur la modernité de ce penseur du XV° - XVI°  siècle, né et mort à Florence, où il écrivit "Le Prince" en 1513.

________________________________________________________________

   

 

 

 

Vendredis 30 mars et 6 avril 2018 à 14 h 30

Paris dans la littérature du XIX° siècle

Josette Nifenecker, professeur de lettres

Paris a connu au XIX° siècle une transformation sans précédent. La ville n'est plus la même avant et après Haussmann. On peut suivre ce bouleversement dans la littérature française, entre Balzac, qui peint la capitale au début du siècle, et Zola, qui nous la présente quelques décennies plus tard. Paris est également très présent dans la littérature du XIX° siècle, avec, entre autre, Baudelaire. 

__________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultat de recherche d'images pour "paul ricoeur"

Vendredi 11 mai 2018 à 14 h 30
 


Soi-même comme un autre, ou le bien partagé

Une introduction à la lecture de Paul Ricœur.
 

Alain Melcer, professeur de philosophie

 

 

Au lendemain de mai 1968, les étudiants contestataires de Nanterre bousculèrent le philosophe Paul Ricœur, et certains trouvèrent drôle de le coiffer d'une poubelle. Trente ans plus tard, le même Paul Ricœur joua un rôle essentiel dans la formation d'un autre étudiant nommé Emmanuel Macron. Le président cite volontiers le philosophe comme l'une de ses références les plus marquantes.
Alain Melcer, philosophe, nous propose une introduction à la lecture de Paul Ricœur.


La question de la justice a été traditionnellement subordonnée à celle de la vie bonne. C'est vrai non seulement de Platon et d' Aristote, mais aussi du christianisme.
Dans cette hypothèse, on ne peut remettre en question le bien sans atteindre le juste. Sans doute est-ce pourquoi Kant s'est employé à repenser le juste indépendamment du bien, ouvrant ainsi la voie à une configuration de pensée qui se poursuit chez des auteurs contemporains, tels que John Rawls ou Jürgen Habermas. Paul Ricœur s'inscrit aussi, pour une part, dans cette perspective, rendue d'autant plus nécessaire aujourd'hui que le relativisme moral a considérablement affaibli la force prescriptive du bien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Portrait de Rousseau dans la tenue « arménienne » (toque et col de fourrure) qu'il portait à Londres.

Jean-Jacques Rousseau

 

Zsuzsi Palasti, conférencière

 

 

Vendredi 18 mai 2018 à 14 h 30

 

Jean Jacques Rousseau: une des grandes figures de la littérature française et mondiale. Découvrons ses influences politique, sociale, littéraire, et morale.
 

Vendredi 25 mai 2018


Promenade avec Rousseau, le préromantique, amoureux de la nature, herboriste. Promenade près de chez nous, à Montmorency, Épinay et Deuil-la-Barre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 2 juin 2018 à 14 h 30

La COP 21 : où en est-on ?

Patricia Labarde, professeur de géographie

 

Du 29 novembre au 12 décembre 2015, le Bourget a accueilli la conférence dite « COP 21 »,  débouchant sur un accord international pour limiter le réchauffement climatique.

L'accord a été considéré comme historique ... mais dès le printemps 2017 Donald Trump a annoncé que les Etats-Unis s'en retiraient.

Les autres états ont fait connaitre leur volonté de poursuivre la lutte contre le réchauffement. Où en est-on aujourd'hui ?

____________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 8 juin 2018 à 14 h 30

De la foudre au transistor, une brève histoire

de l'électricité

Vincent Lusset, polytechnicien

 

Les phénomènes électriques et magnétiques naturels fascinent l’Homme depuis toujours. Malgré les tentatives pour les maîtriser et les utiliser au cours de l’Antiquité et du Moyen-âge (boussole), ce n’est vraiment qu’à partir du XVIIIème siècle que les savants vont commencer à percer les secrets conjoints de l’électricité et du magnétisme.

 

Les progrès rapides des connaissances dans ces domaines au XIXème siècle et les inventions qui en découlent (pile, moteur électrique, télégraphe, ondes radio) vont alors être au cœur de la seconde révolution industrielle. La domestication de l’électricité est sans aucun doute un des plus grands bouleversements technologiques de l’Histoire.

 

Nous passerons en revue les grandes observations et découvertes scientifiques portant sur l’électricité et le magnétisme et comment elles ont pu avoir des applications qui constituent les fondations de la civilisation industrielle qui est la nôtre aujourd’hui.

 

________________________________________________________________________________

 

 

 

 

Vendredi 4 mai 2018 à 14 h

Il y a cinquante ans : les printemps de 1968

Emmanuel Garcia, professeur d’histoire

 

Il y a cinquante ans, de Berkeley à Prague en passant par Paris, la jeunesse exprimait brutalement sa critique du monde ancien. Aux Etats-Unis on refusait la guerre du Vietnam, en Tchécoslovaquie on rejetait la grisaille soviétique … et en France on rejetait tout.  C’était bien plus que de la revendication, mais pas tout à fait une révolution.  On a alors utilisé un autre terme pour définir cette vague de fond : la « contestation ».

Qu’est-ce qui a bien pu faire le caractère universel de ce mouvement, à travers des sociétés si différentes ? Et pourquoi est-ce seulement en France qu’il a débouché sur un simulacre de révolution ?

________________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 15 juin 2018 à 14 h 30

Géopolitique de la Seconde Guerre mondiale

Emmanuel Garcia, professeur d’histoire

 

La « vraie » guerre mondiale, c’est 1939 – 1945, celle de 14 – 18 ayant été essentiellement une très grande guerre européenne. Cette fois on s’est battu dans le monde entier, et seule une poignée d’états est restée en dehors du conflit. Il devait nécessairement en sortir un bouleversement complet de l’ordre mondial, un monde nouveau que pendant un demi-siècle on qualifiera de « bipolaire ».

Nous aborderons cette guerre sous l’angle de la géopolitique, c'est-à-dire du déroulement des rapports de force dans l’espace, et de la façon dont ces rapports de force structurent l’espace.

 

Nous poursuivrons cette étude durant la prochaine saison avec une géopolitique de la Guerre froide. 

___________________________________________________________________________________

 

 

 

Samedi 14 octobre 2017 à 16 h

Au cinéma Jacques Prévert (Place Aimé Césaire, Gonesse)

"Rouge baiser"

Film de Véra Belmont (1985) -112 mn

Avec Charlotte Valandrey,  Lambert Wilson, Marthe Keller, Laurent Terzieff

Paris, 1952. Un tiers de siècle s'est écoulé depuis 1917. Le parti communiste est à l'apogée de sa puissance dans les milieux populaires parisiens où il a construit une véritable contre - société. Mais déjà la mémoire d'Octobre ne fait plus l'unanimité. Les fidèles sont encore nombreux,  comme Bronka (Marthe Keller) et sa jeune fille Nadia (Charlotte Valandrey). Mais ils sont confrontés aux désillusionnés (Moishe - Laurent Terzieff - qui rentre d'un long séjour en Union soviétique), et aux sceptiques (Stéphane, le journaliste interprété par Lambert Wilson).

Voir la bande annonce sur Vimeo :

https://vimeo.com/110377437

 

___________________________________________________________________________________________________

Samedi 14 octobre 2017 à 14 h 30

Au cinéma Jacques Prévert (Place Aimé Césaire, Gonesse)

Le centenaire d’Octobre 1917 :

requiem pour une révolution ?

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire 

 

Octobre 1917 ouvrait dans le siècle un chapitre radicalement nouveau pour la Russie et pour le monde : pour la première fois, les classes populaires sortaient vraiment victorieuses d’une révolution, leur combat n’était pas confisqué par une minorité de privilégiés. Il y avait désormais « une grande lueur à l’Est » pour les travailleurs du monde entier. La fondation en 1919 de l’Internationale communiste symbolisait cette espérance.  

On sait ce qu’il en advint. Le parti bolchévik a fait de la Russie une puissance mondiale. Mais l’objectif d’Octobre n’était pas de servir le patriotisme russe. Il était de construire une société nouvelle,  en tous points supérieure au vieux capitalisme dépassé par l’histoire.  De ce point de vue,  l’échec est à peu près total, tant économique que politique, et le système s’est effondré sur lui-même à la fin des années 1980.

Un siècle après la révolution, peut-on enfin poser sereinement cette question : que s’est-il vraiment passé en octobre 1917 ?

_________________________________________________________________________________