Home

 

 

 

Autres villes

Goussainville

Organisateurs :

CCAS de Goussainville

UIA du nord parisien

 

Renseignements et inscriptions :

CCAS de Goussainville

Tel : 01 39 94 61 36

Programme de l'UIA en 2014 - 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olivier Macaux, professeur de lettres

 

Les écrivains français et l'avant-guerre

 

Mardi 23 septembre 2014 de 14 h à 16 h.

(Cours prévu à l'origine le 13 mai)

 

Jusqu’à la déclaration de guerre en août 1914, les écrivains français n’ont pas semblé prendre conscience de l’imminence du désastre. Si Maurice Barrès, disposant alors d’un immense prestige, pouvait se poser en sentinelle patriotique, Proust amorçait seulement sa recherche du temps perdu, signant la fin d’un monde et clôturant le XIXe siècle, Alain-Fournier et son Grand Meaulnes furetait du côté de l’enfance et du mystère, Mauriac inaugurait son œuvre dans les tréfonds de la vie provinciale, Gide poursuivait sa quête ironique et critique…

 

Nous nous attacherons donc beaucoup plus au regard rétrospectif des écrivains qui ont su témoigner, plusieurs années après le conflit auquel ils ont assisté, de l’étrange climat qui régnait avant-guerre : Aragon (Les Voyageurs de l’Impériale), Martin du Gard (Les Thibault), Jules Romains (Les hommes de bonne volonté), Céline (Mort à crédit).

 

 

 

 

 

 

 

 

Martin du Gard

 

 

 

 

 

 

Olivier Macaux, professeur de lettres

 

Les écrivains de la Grande Guerre

 

Mardis 30 septembre et 7 octobre 2014 de 14 h à 16 h.    

 

La guerre de 14-18 a représenté l’avènement de la guerre moderne au sein de la civilisation européenne. Nous évoquerons les témoignages des écrivains combattants qui jugèrent souvent, à ses débuts, le conflit légitime et qui, très rapidement, déchantèrent face à la réalité meurtrière et implacable des combats.

Ces auteurs français (Genevoix, Barbusse, Dorgelès…), dont les œuvres demeurent essentielles, ont décrit l’enlisement et, pour certains d’entre eux, l’absurdité de la guerre.

Ce n’est pourtant qu’à partir des années trente que la critique de la guerre s’affirme avec virulence dans les œuvres de Céline, Gabriel Chevallier ou Giono, la prise de conscience ayant eu le temps de dépasser les impératifs patriotiques et les effets de la censure.

Nous aborderons aussi les écrivains allemands, avec notamment Ernst Jünger et Erich Maria Remarque (dont la vision pacifiste demeure une exception dans la littérature d’outre-Rhin) et qui attestent du même saisissement et du même effroi devant l’apocalypse de la Première Guerre mondiale.

 

 

 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

Jaurès, Clemenceau

Mardi 14 octobre 2014 de 14 h à 16 h.

 

A la fin du XIX° siècle (1880 - 1914), la France a été confrontée à trois problèmes majeurs : la république - la question sociale - la patrie.

Jaurès et Clemenceau ont été, incontestablement, les deux géants de la politique française à cette époque. Nous verrons comment ils ont parlé et agi face à ces trois problèmes.

Cette semaine : la patrie.

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

Jaurès, Clemenceau

Mardi 16 septembre 2014 de 14 h à 16 h.

A la fin du XIX° siècle (1880 - 1914), la France a été confrontée à trois problèmes majeurs : la république - la question sociale - la patrie.

Jaurès et Clemenceau ont été, incontestablement, les deux géants de la politique française à cette époque. Nous verrons comment ils ont parlé et agi face à ces trois problèmes.

Cette semaine : la république - la question sociale.

Suite le mardi 14 octobre

 

Roland Dorgelès
Erich Maria Remarque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nadine Dupruilh Wainer, professeur de philosophie

Qu’est-ce que philosopher ?

Mardis 4 et 18 novembre 2014 de 14 h à 16 h.

 

Des débats philosophiques à la maternelle, des cafés philosophiques qui fleurissent un peu partout, des rayons de librairie envahis par des recommandations aussi multiples que variées pour « bien vivre »…

Mais de quoi parle-t-on exactement ? Comment définir le désir philosophique, et a-t-il une relation quelconque avec la publicité actuelle donnée au mot ?

Nous chercherons à cerner simplement et humblement ce qui peut caractériser la philosophie. Peut-être pourrons-nous alors la distinguer des recettes toutes faites dont nous sommes abreuvés.

 

 

 

 

Robert Wainer, professeur de lettres

L'opéra de Mozart :

les noces de l'émotion et de la raison

Mardis 25 novembre, 2, 9 et 16 décembre 2014 de 14 h à 16 h.

Entre le siècle des Lumières (1680 – 1789) et le romantisme du 19ème siècle, il est une courte période charnière où, loin d’opposer la raison aux sentiments, certains auteurs estiment que l’un n’est pas la part maudite de l’autre, mais qu’au contraire, raison et sentiments se conjuguent pour permettre à l’homme un double épanouissement. C’est ce que nous avons trouvé, il y a deux ans, chez Diderot, Rousseau, Mme du Châtelet.

Mozart - particulièrement dans ses opéras  - effectue  cette synthèse miraculeuse entre la confiance absolue dans la raison, et l’émerveillement pour la force des émotions.

- La flûte enchantée, est sans doute la plus belle réussite de l’esprit des Lumières : dans une forme simple, accessible à tous, distrayante (elle avait été commandée par le directeur d’un théâtre populaire), on retrouve l’essentiel du message des Montesquieu, Voltaire, Rousseau.

- avec Cosi fan tutte, c’est l’esprit subtil et mélancolique de Marivaux : les jeux de l’amour et du hasard ne sont clairs pour personne, et bien malin celui qui pourrait dire - comme naguère les héros de Corneille - s’il aime, qui il aime et pourquoi il aime.

- avec Les Noces de Figaro, c’est la synthèse miraculeuse de tout cela : œuvre de critique sociale, comédie trépidante, malice et profondeur psychologique, étonnement devant la puissance des passions.

Nous essaierons de comprendre quelle alchimie à permis de faire de Mozart, avant Verdi, un compositeur d’opéra si populaire : La flûte enchantée, représentée dans un théâtre populaire de la banlieue de Vienne, joua sans désemplir jusqu’à la mort de Mozart. A Prague, Don Juan et Les noces de Figaro connurent le même succès, au point que Mozart, émerveillé, écrivait à sa femme : « même les cochers, ici, sifflent mes airs ! »

 

 

 

 

 

 

 

La flute enchantée (1791)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

Machault s'en va-t-en guerre

Attention, date modifiée :

Samedi 17 janvier 2015 à 14 h 30 au Château d'Arnouville

L’an dernier nous avions présenté Machault d’Arnouville,  courageux ministre qui tenta vainement de réformer les finances du royaume sous Louis XV. Nous le retrouverons cette année dans sa deuxième fonction : Secrétaire à la marine de  1754 à 1757.  Il occupe donc un poste clé  au début de la Guerre de Sept Ans, qui oppose la France, sur terre à la Prusse, et sur mer à l’Angleterre.

Ce sera pour nous l’occasion de redécouvrir  l’actualité d’une guerre bien oubliée, mais dont les conséquences furent immenses.  

Ce cours aura lieu dans les locaux du château d’Arnouville, qui fut au XVIII° siècle la demeure du comte de  Machault.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel Lhéritier, guide-conférencier au Louvre

Velasquez et le "Siècle d'or" espagnol

Mardis 6 et 13 janvier 2015 de 14 h à 16 h.

A la fin du XVI° siècle les relations politiques entre l’Italie et l’Espagne vont initier un courant artistique entre les deux péninsules. Le premier rôle dans l'importation de la Renaissance est tenu par Le Greco. Né deux générations après Greco, Vélasquez est l'un des peintres les plus importants de l’histoire. Nous nous attarderons sur l’un des plus célèbres tableaux du monde : les Ménines.

 

 

(M. Lhéritier proposera aux auditeurs de participer à l'une de visites qu'il organise pour l'exposition Velasquez)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie-Françoise Nail, conférencière à la cité des sciences

 

Les orchidées et leurs secrets de famille.

Mardi 20 janvier 2015 de 14 h à 16 h.

Exubérantes malgaches ou discrètes européennes, les orchidées ont été l’origine de croyances, ont intrigué Darwin et nous passionnent toujours.

Laissons les nous montrer le « génie » de leur fleur, nous parler d’adaptation et d’évolution mais aussi de culture, de protection, de clonage…

 

 

 

 

 

 

 

 

Orchidée européenne

 

 

Marie-Agnès Bennett, professeur de lettres classiques

 

Grandeur et décadence

de l'Empire romain 

 

Mardis 31 mars et 7 avril 2015 de 14 h à 16 h.

 

Ainsi de peu à peu crût l’empire romain

Tant qu’il fut dépouillé par la barbare main… 

... écrivait en 1558 Du Bellay, sensible à la grandeur puis à la décadence d’un empire qui assura au monde cinq siècles de paix. Nous verrons comment s’est mis en place ce système impérial qui servit de modèle à tous les empires ultérieurs. Puis nous montrerons que ce régime à son apogée portait déjà en lui les germes de sa future décadence, jusqu’à sa chute sous les coups des Barbares…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie-Françoise Nail, conférencière à la Cité des Sciences

Les végétaux à la conquête des continents

Mardi 10 février 2015 de 14 h à 16 h.

 

La diversité des végétaux d'aujourd'hui est le témoin de l'évolution. Les végétaux ont conquis le milieu terrestre il y a environ 430 millions d'années. A l'origine ils vivaient et se reproduisaient dans le milieu aquatique, pas de tige, pas de feuille, pas de fleur. Quelles innovations leur permirent, au cours de centaines de millions d'années, la conquête de nouveaux espaces ?

Mercredi 11 février : visite de la galerie de l'évolution au Muséum d'histoire naturelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Olivier Macaux, professeur de lettres

  

Jean-Paul Sartre

             ou

l’existentialisme littéraire et philosophique

 

Mardis 3 et 10 mars 2015 de 14 h à 16 h.

 

 

Dès son premier roman, La Nausée (1938), Jean-Paul Sartre a tenté d’élaborer une philosophie de la conscience et de la liberté souveraine. Mais c’est avec L’Être et le Néant (1943), son œuvre philosophique fondamentale qu’il a connu la célébrité.

Nous tenterons de montrer les différents aspects de la pensée de Sartre et de quelle manière elle se déploie au niveau littéraire - dans son œuvre romanesque et théâtrale, philosophique - notamment à travers sa définition de l’existentialisme, et politique - avec la figure de l’écrivain engagé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catherine Verney, chercheuse à l'INSERM

Les disfonctionnements du cerveau :

Alzheimer et Parkinson

Mardis 17 et 24 mars 2015 de 14 h à 16 h.

L'an dernier nous avons présenté les connaissance scientifiques de base permettant de comprendre le fonctionnement du cerveau humain.

Nous présenterons dans ce nouveau cycle deux pathologies, tristement célèbres, qui peuvent affecter le fonctionnement du cerveau : Alzheimer et Parkinson.

 

 

Marie-Agnès Bennett, professeur de lettres classiques

 

Antoine et Cléopâtre :

de l'histoire au mythe

 

Mardis 27 janvier et 3 février 2015 de 14 h à 16 h.

Dernier prince hellénistique, dernière pharaonne d’Egypte, voilà  les titres qu’Antoine et Cléopâtre rêvaient de porter  pour la postérité … En puisant aux sources antiques, nous montrerons le côté tragique et fascinant de leur double destin. Nous nous intéresserons ensuite aux diverses images que les artistes européens ont données de ce couple, devenu mythique. Si Antoine fut le dernier héritier culturel d’Alexandre le Grand, Cléopâtre revendiquait son ascendance grecque, alors même qu’elle régnait sur l’Egypte. C’est donc à un parcours dans la période méconnue de la Grèce hellénistique et de sa postérité dans les Arts que ce cycle de deux conférences nous invite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel Lhéritier, guide conférencier au Louvre

L'Islam

Mardi 14 avril 2015 de 14 h à 16 h.

 

Qu'est-ce que l'islam ? La religion de plus d'un milliard d'hommes, mais aussi une culture, dont nous présenterons l'histoire et les données essentielles.

 

Mercredi 15 avril : visite au Louvre du département des Arts de l'Islam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

L'historial de Péronne et les champs de bataille de la Somme

Samedi 11 avril 2015

Ouvert en  1992 l'Historial de Péronne est aujourd'hui le plus important musée consacré à la Première Guerre mondiale. Il est situé sur le champ d'une des plus terribles batailles de 1916 : la Somme. Durant cinq mois les forces françaises et britanniques (mais aussi australiennes, néozélandaises, sud africaines...) tentèrent de faire reculer les lignes allemandes. Au bout de 400.000 morts, le front avait bougé de 10 kms.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joséphine de Beauharnais

Mardi 12 mai 2015 de 14 h à 16 h.

À l’occasion du bicentenaire de sa mort,​ nous évoquerons le souvenir de cette femme hors du commun que fut Joséphine de Tascher de la Pagerie, née en Martinique, qui passera tout près près de l'échafaud avant de connaître le plus exceptionnel des destins.

Les souvenirs personnels de l’impératrice​, ses goûts comme son parcours politique, des origines créoles à son mariage avec Napoléon Bonaparte, son rôle    jusqu’à sa vie après le divorce ​nous permettront d'entrer dans l’intimité de Joséphine​. Nous découvrirons​ le rôle capital qu’elle a joué dans la constitution du style de l’époque consulaire et impériale. ​Et c'est l’image d’une femme moderne, passionnée par les voyages, la musique et les jardins​ qui nous apparaîtra comme une merveilleuse histoire d'amour et une grande page de l'histoire de France.

Mercredi 13 mai 2015 : visite du château de la Malmaison

 

 

Cécile Bézy, professeur de sciences

Le monde des fourmis

Mardi 5 mai 2015 de 14 h à 16 h.

Organisées en sociétés très complexes, pratiquant la division du travail, capables de communiquer entre elles et de répondre à toutes les agressions … les fourmis nous fascinent et inspirent même la science-fiction.

Nous ferons le point sur ce que la science connaît aujourd'hui de cet univers étrange.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

L'Ukraine entre deux mondes

Mardis 19 et 26 mai 2015 de 14 h à 16 h.

 

La crise ukrainienne ouverte en 2013 pose une question que l'Occident avait jusqu'à présent ignoré : qu'est-ce que l'Ukraine ? Une simple province de la Russie, ou une nation à part entière ?

Il n'existe évidemment pas de réponse simple. Seule l'histoire permet de comprendre les données du problème. Une histoire qui commence avec la "Rus' de Kiev" au Moyen-âge, et nous conduit à l'indépendance actuelle, en passant par  l'expansion et le reflux de la "Pologne - Lituanie", la construction de l'empire russe, le stalinisme et la Guerre froide.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Lusset, polytechnicien, astrophysicien

Le Système solaire

Mardi 2 juin 2015 de 14 h à 16 h.

L'an dernier nous avions présenté l'évolution des croyances et des connaissances des hommes sur l'Univers. Cette année nous nous intéresserons plus particulièrement à notre planète Terre et à sa proche banlieue : le Système solaire.

La conférence sera suivie, le mercredi 3 juin, par une visite au Musée de l'espace du Bourget et au planétarium.

 

 

 

Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

 

1915 - 2015

Le génocide arménien

Un crime presque parfait

Samedi 30 mai à 14 30

Cinéma Jacques Prévert, 20 place Marc Sangnier, Gonesse

Un transport est assuré à partir de Goussainville, contacter le CCAS : 01 39 94 61 36

A partir d'avril 1915, dans le contexte de la guerre qui oppose l'Empire ottoman à la Russie, les populations arméniennes d'Anatolie sont déplacées par les autorités turques et subissent d'effroyables massacres. La réalité de ces massacres est unanimement reconnue. Ce qui fait problème est la qualification de génocide : y a-t-il eu de la part des autorités ottomanes organisation planifiée d'un massacre, dans le but de faire disparaitre un peuple ? Aujourd'hui les travaux des historiens ne laissent plus de doute : oui, il s'agit bien d'un génocide, et ce fut le premier du XX° siècle.  Alors pourquoi la Turquie moderne continue-t-elle à le nier ? Nous essaierons de comprendre les enjeux de ce combat de mémoire.

Adam Barro (baryton) et Pierre Bedrossian (doudouk) nous offrirons un intermède chanté en arménien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adam Barro
Pierre Bedrossian