Vendredi 15 janvier 2010

Introduction à la démographie historique

M. Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

 

La démographie étudie le comportement des sociétés devant la naissance et la mort. Grâce au registre paroissial de Gonesse au XVIII siècle, c'est à dire l'équivalent de notre actuel état-civil, nous essaierons de reconstituer l'univers mental dans lequel vivaient nos ancêtres. Nous verrons aussi quelles transformations décisives s'amorcent à la fin du XVIII siècle, préfigurant ce que l'on appelle la "révolution démographique".

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 22 et 29 janvier, et 5 février  2010

La peinture italienne : Fra Angelico et Botticelli

M. Michel Lhéritier, conférencier au Louvre

 

Nous entreprenons cette année l'étude de deux peintres qui marquent la charnière entre le Moyen-âge gothique et la première Renaissance ; l'un appartient encore à la première époque, c'est Guido di Pietro, en religion Fra Giovanni, dit Fra Angelico. Religieux dominicain, il a cherché à associer les principes picturaux de la Renaissance - constructions en perspective et représentation de la figure humaine - avec les vieilles valeurs médiévales de l'art : sa fonction didactique et la valeur mystique de la lumière. L'autre est Alessandro di Mariano di Vanni Filipepi, dit Sandro Botticelli. Botticelli entre pleinement dans la nouvelle manière de peindre, avec toute la grâce presque païenne de ses figures, voire une réelle sensualité qui, face à Savonarole le contraindra à brûler quelques uns de ses beaux nus féminins.  

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 12 et 19 février 2010

L'art surréaliste

M. Olivier Macaux, professeur de lettres

 

L’influence du surréalisme sur « l’art » du XXe siècle est indéniable. Cette empreinte profonde ne doit pas faire oublier qu’André Breton, dès le premier Manifeste paru en 1924, refusait que le surréalisme ne soit qu’un mouvement artistique parmi d’autres. Issus des mouvances cubiste ou dadaïstes, les artistes surréalistes se définissent, d’abord par leur refus de l’imitation du réel et par une volonté d’explorer les zones secrètes du psychisme. A l’instar de la poésie automatique et des récits de rêves pratiqués par les écrivains surréalistes, les artistes surréalistes ont placé l’insolite et l’onirisme au coeur de leurs œuvres.

Nous tenterons d’aborder dans cette conférence les différents arts surréalistes (la peinture bien sûr mais aussi le dessin, la sculpture, la photographie ou le cinéma) ainsi que l’œuvre de ses représentants les plus éminents (Ernst, Ray, Miro, Picabia, Tanguy, Magritte, Dali, Giacometti…)

 

 

 

 

Vendredi 12 et 19 mars 2010

Qu'est-ce que la matière ?

M. Guy Martin, professeur de physique

 

A partir de l’évolution des conceptions de la structure de la matière, nous verrons comment la notion d’atomes s’est imposée, et comment, au cours du 20° siècle surtout, cette notion s’est précisée.

Nous aborderons ainsi les notions de radioactivité et d’énergie nucléaire et leurs conséquences.

Nous évoquerons enfin les questions qui se posent aujourd’hui dans le domaine de la structure de la matière.

 

 

 

 

Vendredi 26 mars 2010

Les grandes affaires judiciaires : l'affaire Stavisky

M. Philippe Vanparys, professeur d'histoire

 

 

L’histoire d’un escroc n’est ici qu’un prétexte pour redécouvrir « Le temps du tango » des ligues d’extrême droite, le 6 Février 1934, le Front Populaire, la France des « Accords de Munich »…     

Et ce, juste avant la catastrophe de juin 1940…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 2, 9 et 16 avril 2010

Charles Trenet : le "fou chantant" ou le premier poète contemporain ?

M. Guy Tramson, professeur de lettres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 7,14 et 21 mai 2010

Introduction à la littérature gréco-latine

Mme Agnès Bennett, professeur de lettres classiques

 

Oedipe, Oreste et sa soeur Électre, Antigone, Orphée, Phèdre: six héros tragiques dont nous suivrons l'évolution depuis les textes fondateurs, grecs et latins, jusqu'aux pièces classiques ou modernes de la littérature française. Nous montrerons aussi comment ils ont été source d'inspiration pour peintres, musiciens et cinéastes. Ces séances se présenteront comme autant de réflexions sur les diverses facettes d'un même mythe, et comme une introduction à la littérature gréco-latine.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 21, 28 mai et 4 juin 2010

Personnages féminins dans la littérature du XVIII° siècle

Mme Josette Nifenecker, professeur de lettres

 

Nombreuses sont les personnages féminins dans la littérature française du XVIIIème siècle; de l'oie blanche à peine sortie du couvent à la veuve libertine, les intermédiaires ne manquent pas. Si certaines œuvres dénoncent le statut qu'on leur impose, d'autres dévoilent leurs stratégies parfois brillantes, voire cruelles pour échapper au carcan social.

Avec Marivaux, Diderot, Rousseau, Beaumarchais, Laclos, nous nous pencherons sur ces représentations féminines complémentaires à la veille de la Révolution; avec ce paradoxe que c'est peut-être le plus radical de ces écrivains (Rousseau) qui- dans ce domaine précis- peut paraître le plus conservateur !

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 11 et 18 juin 2010

L'Afrique : colonisation et décolonisation

M. Didier Nativel, professeur d'histoire

 

 

 

 

 

Vendredi 9 et 16 octobre 2009

La Révolution française

M. Philippe Vanparys, professeur d'histoire

Université Inter Âges - Gonesse

 

Organisateurs :

CCAS de la ville de Gonesse

UIA du Nord Parisien

 

Inscriptions :

Contacter le CCAS de la ville de Gonesse : 01 30 11 55 20

 

 

Nous parlerons de la Révolution française en deux temps. 

 

1) L’année 1789 

C’est l’année sans pareil, sans égal, une date capitale dans l’Histoire de l’Humanité. Tous les acteurs de la Révolution sont présents et entrent en scène. Le torrent des événements va tous les emporter…2 heures pour comprendre l’An I de la Révolution.

 

 2) La fuite de Varennes:

 Louis XVI est parti des Tuileries vers minuit le 21 juin 1791. Avec lui, la reine, Madame Elisabeth, madame Tourzel, le dauphin et Madame Royale.

Avec cet évènement, les acteurs de la Révolution se divisent et s'affrontent. La concorde nationale célébrée l'année d'avant n'est plus qu'illusion.

Une marche de plus vers l'échafaud du 21 janvier 1793

 

Vendredi 23 octobre 2009

Jean Jaurès

M. Philippe Vanparys, professeur d'histoire

 

   Jean Jaurès : figure centrale du socialisme français, référence politique citée par tous. Nous partirons de la tragédie du « Café Croissant », l'assassinat de Jaurès, pour comprendre la personnalité et les facettes d’un homme d’exception emporté par l’été 1914.

 

 

Vendredi 6, 13 et 20 novembre 2009

La crise de 1929

M. Emmanuel Garcia, professeur d'histoire

 

Toute période de crise économique fait resurgir le spectre de 1929 : et si cela recommençait comme en 1929 … Les années 30 connurent en effet l’effondrement le plus spectaculaire de toute l’histoire économique, et les conséquences en furent immenses. La crise n’explique pas tout, mais sans elle le rôle joué par un Roosevelt ou un Hitler demeure incompréhensible.

Le très mauvais souvenir laissé par la crise n’empêche pas que les hommes se hâtent d’oublier ses leçons, dès que surgit l’embellie. Revisiter la « grande dépression » sera pour nous l’occasion de rappeler qu’une telle crise ne survient pas par hasard, et que ses conséquences ne sont pas automatiques : en définitive, ce sont les hommes qui choisissent.

 

 

Résumé des cours des 6 et 13 novembre 2009)

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 27 novembre 2009

Bourse et crise financière

Mme Évelyne Rivet, professeur d'économie

 

Que l’on souhaite faire l’éloge de la Bourse et des marchés, ou que l’on déplore les conséquences néfastes de certaines de leurs caractéristiques comme par exemple leur volatilité croissante, une chose paraît  néanmoins sûre : la Bourse et les marchés financiers bénéficient d’un écho de plus en plus grand, accentué par la crise actuelle.

Il convient donc de procéder à un tout d’horizon de l’environnement de la Bourse et des marchés financiers.

 

 

 

 

Vendredi 4, 11, 18 décembre 2009 et 8 janvier 2010

Mozart : les noces de la raison et de l’émotion.

M. Robert Wainer, professeur de lettres

 

Mozart, et particulièrement dans ses opéras, effectue  cette synthèse miraculeuse entre les deux mentalités du XVIIIème siècle que nous avons étudiées l’an dernier : la confiance absolue dans la raison, et l’émerveillement pour la force des émotions.

  - La flûte enchantée, est sans doute la plus belle réussite de l’esprit des Lumières : dans une forme simple, accessible à tous, distrayante (elle avait été commandée par le directeur d’un théâtre populaire), on retrouve l’essentiel du message des Montesquieu, Voltaire, Rousseau.

  - avec Cosi fan tutte, c’est l’esprit subtil et mélancolique de Marivaux : les jeux de l’amour et du hasard ne sont clairs pour personne, et bien malin celui qui pourrait dire - comme naguère les héros de Corneille - s’il aime, qui il aime et pourquoi il aime.

  - avec Don Juan, œuvre sombre et foisonnante, où les scènes burlesques succèdent aux scènes dramatiques, nous ne sommes pas loin du monde de Shakespeare, où les personnages s’entredéchirent et se détruisent, aspect qui séduira tant les romantiques.

  - avec Les Noces de Figaro, enfin, qui connut un immense succès dès la première, c’est la synthèse miraculeuse de tout cela : œuvre de critique sociale, comédie trépidante, malice et profondeur psychologique, étonnement devant la puissance des passions.

Mais Mozart est aussi un homme de théâtre : le livret n’est pas pour lui un prétexte aux beaux airs ; la musique doit souligner et enrichir l’action dramatique. C’est pourquoi ses opéras doivent beaucoup aux grands maîtres du théâtre, et nous verrons comment ses œuvres constituent une lecture personnelle et novatrice du théâtre de Molière, de Marivaux, de Beaumarchais.

 

 

 

 

 

 

Man Ray
Paris, le 6 février 1934
Affiche française, 1948
Le mariage de Figaro

Antigone

Botticelli

Registre paroissial de Gonesse, 1712

La flûte enchantée (1791)